Il a 20 ans de plus, il est marié, et pourtant je l’ai aimé… - https://www.celibattantes.fr/
L'âge plus âgé, mûr, plus romantique ?

Il a 20 ans de plus, il est marié, et pourtant je l’ai aimé…

Je n’aurais jamais pensé qu’un homme pouvant être mon père m’attire un jour et pourtant…

Je travaille dans une petite société et on sait que dans ce genre de boîte, on met la main à la pâte pour un peu tout : les mains dans le cambouis comme on dit dans le jargon !



Un lundi matin, l’interphone sonne….et c’est encore bibi qui s’y colle ! « Marre d’être interrompue dans mon travail pour accueillir tout le monde… y’a marqué réceptionniste sur mon front or what?! Comment voulez-vous que je me concentre moi ? ».

J’ouvre, l’air énervé (je sais c’est pas très pro mais c’est pas le jour, suis en plein dans mes budgets là…).

 

Et je tombe sur le visage de Georges. 

Mon sang ne fait qu’un tour. La cinquantaine, élégant, charismatique, cheveux poivre et sel, yeux azurs, regard perçant, costume sur mesure, une classe folle. C’est une épidémie chez les Georges ou quoi ? (petite référence à Georges Clooney !).

Tremblotante, je l’invite à entrer, lui demande s’il a un rendez-vous et l’installe en lui proposant un café « Avec un peu de chance, il va me demander de lui tenir compagnie ».

 

Sans le savoir c’est le début d’une histoire pas comme les autres.

Je le vois passer une ou deux fois dans les locaux et suis sur un nuage… Ce beau gosse, non content d’être un sex symbol,  est prévenant, gentleman, poli.

En mai, lors d’un gros événement que j’organise, il est invité (oui ok….ça n’était pas forcément nécessaire mais j’ai estimé que c’était un bon prétexte pour le revoir).

Alors que je joue mon rôle d’hôtesse (à la perfection…faut dire que j’avais mis le paquet sur ma tenue, ma coiffure et le maquillage tel Bridget avant sa soirée avec Daniel Cleaver… la culotte gainante en moins), je prends mon courage à deux mains et me lance. Je l’aborde, l’air faussement assuré.

Le temps s’est d’un coup suspendu. Le vide intersidéral autour de moi…de nous : une heure à parler, coupe de champagne à la main, ses yeux dans les miens. Tous les sujets y passent : ses affaires, sa vie personnelle, nos convictions…. il a élevé sa fille seul qui aujourd’hui à 25 ans « Ah oui quand même, elle pourrait être une amie…pas grave ». Il est subtil, drôle, charmeur, tout en restant à sa place. The perfect man « Eh mec ils sont où tes défauts que je redescende vite sur terre ? ».

 

Conclusion sans appel : Je suis sous le charme d’un homme de 20 ans mon aîné.

Et à partir de ce soir-là, j’attends de jouer à la réceptionniste avec une impatience non dissimulée.

Et je me dis : « Avec cet homme je vais avoir droit à du romantisme ! Il a vécu avant les années 80, quand le romantisme était encore très présent ».

Mais les jours se transforment en semaines et je n’ai aucune occasion de le contacter.

L’été se passe. Je le revois en meeting. Douche froide : il m’adresse à peine la parole, pas un regard « Qu’est devenu l’homme prévenant et attentif ? ».

Et alors que je quitte la pièce  « Ça va Laly, vous avez passé de bonnes vacances ? » « Yeahhh il est bien là l’homme parfait! Et il se souvient de mon prénom, c’est un signe ! ».

 

Il faut prendre son destin en main.

Après tout, qu’est ce que j’avais à perdre ?

Je me décide enfin à réagir.

Je lui envoie un message sur un carton brandé de ma société avec ma carte de visite lui faisant part de mes nouvelles fonctions…. mais à son adresse personnelle (merci internet pour l’info !).

Quelques jours passent. Aucun retour. « Il m’a prise pour une folle c’est sûr….oh tant pis, il parait qu’il vaut mieux avoir des remords que des regrets…c’est Patrick Bruel qui le dit, c’est donc une vérité ! ».

J’ai bien eu 2 ou 3 appels en absence mais sans message, je ne sais qui cela peut être. Et surtout je ne pense pas un instant que ça puisse être lui.

Un mercredi, alors que je suis dans un centre commercial avec ma fille, je reçois un texto de sa part. Si j’avais pu hurler de joie, je l’aurais fait ! Je l’ai peut-être fait d’ailleurs vu la réaction instantanée de ma fille de 7 ans « Il est beau, tu es amoureuse Maman ? ».

Ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ?

J’oublie tous les codes de la séduction et m’empresse de l’appeler.

 

Il finit par m’inviter à boire un verre… un « pot » en fait. 

Et oui les années soixante-dix sont passées par là.

Mais qui dit homme d’affaires, dit agenda chargé. Cela met des semaines avant de trouver une date.

Des semaines à fantasmer, à aimer un homme que je connais à peine, à chercher le prénom de nos futurs enfants, à imaginer mes nuits d’amour avec un homme « d’expérience » (qui pense un peu à l’autre donc)….une vraie gamine quoi !

 

Le Jour J arrive enfin. 

Je ne sais absolument pas quoi me mettre. Ce sera finalement la fameuse petite robe noire qui fait toujours son effet. Perfecto par-dessus. Simple mais efficace.

Il arrive dans son gros 4×4 pour finalement m’emmener dîner. Il m’ouvre la porte, prend mon manteau, tire ma chaise, me tient le bras dans les marches… Le must de la galanterie. Cela a dû bon l’expérience…

Nous passons une excellente soirée. Alors qu’il me mange du regard, je terriblement intimidée devant ce très bel homme tellement accompli.

 

Et là, c’est le drame. Il m’apprend à la dérobée qu’il a une femme !

Comment ai-je pu croire qu’un homme comme lui soit seul ?

Sans perdre son assurance naturelle, il me pose LA question « Que diriez-vous si je vous proposais d’être ma maîtresse ? »

J’en reste bouche bée, sans pouvoir lui répondre « Il me prend pour qui ? Je ne suis pas une de ces garces qui détruisent les couples ?!! ».

Il me raccompagne élégamment chez moi et je ne le reverrais qu’au travail sans savoir comment lui dire qu’avec lui, je me fiche bien de mes principes et que OUI j’adorerais être sa maîtresse !

Oubliés mes principes et mes convictions !

Mais il faut avouer une chose : en plus de la différence d’âge, on a maintenant l’adultère qui se rajoute à ça….pas top…

 

Mais après tout, on a qu’une vie.

Les semaines passent et je réalise que ce jeu du chat et de la souris dure depuis près d’un an.

Et depuis un an, qu’avons-nous vécu ? Juste quelques messages et des moments furtifs.

Je décide de lui parler franco « Cette relation m’apporte quoi au juste ? A part le fait de ne plus regarder ailleurs et de m’enfermer dans une histoire impossible ? ».

Verdict : Il a peur que je puisse tomber amoureuse et me faire du mal ne pouvant rien me promettre d’autre qu’une liaison « Connard, t’aurais pas pu y penser avant ? Evidemment que je suis raide dingue depuis le premier jour ! Et le fait que ce soit impossible décuple mes sentiments…logique ».

Mais, sans aucun instinct de survie, j’ai terriblement envie de prendre ce risque.

Il m’invite alors chez lui en semaine. Il a un petit appartement qui ne doit être autre qu’une garçonnière (le malin, je ne dois pas être la seule).

Pour la première fois, il n’est pas en costume mais en jean, superbe. Surtout avec son tablier, me concoctant un petit plat. C’est délicieux, il est au petit soin. Nous continuons à nous vouvoyer et cela donne un caractère très sexy à nos échanges. Serait-il mon Christian et moi son Anastasia ? (Sans le fouet et la chambre rouge).

Je visite l’appartement, les murs sont recouverts de tableaux de maîtres et de photos de sa fille, rien de tel pour me faire craquer : il est successfull, papa poule, amateur d’art et pour couronner le tout, bon cuisinier. La totale.

Il m’emmène dans sa chambre et se montre aussi doux et sensuel que je l’ai imaginé tout ce temps.

Je rentre chez moi, le sourire aux lèvres avec ses mots en tête « Mon gars, pas le choix, on se revoit très vite ».

 

Tout ça pour ça (Lucchini…si tu m’entends!).

Je n’ai plus jamais eu aucune nouvelle… Qu’est-ce que j’espérais au juste?

Evidemment il ne m’a rien promis, il a même été très clair.

Cependant sachant que nous serions amenés à nous revoir régulièrement au boulot, je pensais que… A tort.

Il fait plusieurs apparitions au bureau.

Au départ, il me traite telle une inconnue et au fur et à mesure il me refait la bise, me serre dans ses bras et là je sens que le jeu de séduction recommence. « Non ! Je ne dois pas m’affliger cela de nouveau ».

Entre temps, par chance, je quitte ce job et ne le revois jamais.

 

Effectivement, les hommes plus mûrs sont encore pires que les jeunes, ils ont l’expérience et la classe qui nous font chavirer à coup sûr. 

Pour autant, si c’était à refaire, je le referais sans hésiter, parce qu’il m’a fait sentir vivante!

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Laly

#AutoEntrepreneuse & #MamanSolo. Toujours #Energique mais souvent Poisseuse :(. #Naïve mais je me soigne. #Celibattante Every Day.

2 Comments
  1. Plutôt bien écrit, mais… la chute est prévisible.
    Non que les hommes soient tous des salauds (niveau zéro de l’analyse), mais simplement car à aucun moment tu ne t’es demandé ce que tu pouvais lui apporter, toi, à lui.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !