J'ai tout aimé de lui - https://www.celibattantes.fr/
couple amoureux

J’ai tout aimé de lui

« Notre histoire avortée s’achève dans la douceur amère de la tombée du soir.
Si mon égo est bien sur terriblement meurtri, je te souhaite pourtant le meilleur.
J’ai tout aimé de toi. »

Comment se défait-on d’une histoire d’amour ? Quelle est la petite formule magique si précieusement gardée, pour faire que celui qui était tout ne soit plus rien ?

Il y a quelques mois, j’ai quitté un homme.

De mon plein gré, dans un élan de douleur, comme une fuite nécessaire à ma propre préservation.



Pourtant, je n’arrive pas à me défaire de son ombre.

Des mois après, alors que j’ai désormais pardonné ce pourquoi je l’ai quitté, il hante encore mes jours.

J’ai tout aimé de lui.

« Faudrait que tu arrives à en parler au passé, faudrait que tu arrives à ne plus penser à ça, faudrait que tu l’oublie à longueur de journée » chantait Cabrel.

L’oublier à longueur de journée, me souvenir les douleurs, désapprendre à l’aimer.

Pourtant, faire tout cela, c’est encore être en relation.

Quel est le contraire de l’amour ? La haine ? Bien sûr que non, c’est l’indifférence. C’est l’élan du coeur qui s’éteint, c’est ne plus trembler dans le pire comme dans le meilleur.

Sa présence me frôle, m’habite. Comment fuir ce fantôme?

J’oscille alors entre m’offrir un instant de repos où mes pensées m’entrainent vers ces souvenirs doux où nous étions si bien et l’action frénétique qui ne laisse plus de place au mental.

Je me sens comme en rééducation. Je réapprends un quotidien où il n’est plus acteur, mais reste présent, comme une belle carte postale dans le paysage.

Car je ne veux pourtant pas l’oublier.

Malgré toutes les douleurs, malgré toutes les colères, malgré toutes les peines, notre histoire a été un cadeau précieux que je garde enfoui au fond de moi.

Il me faut simplement accepter l’éphémère. L’accepter comme une parenthèse douce : effacer le pire et farder le meilleur.

Il est des hommes de ma vie.

En lisant ces mots, mes amies crieraient sans doute au scandale. Se remémorant les souffrances, les blessures, les douleurs.

Mais comment le nier ? Je l’(ai) aimé.

Bien sûr teinté de cristallisation Sthendalienne, je l’ai habillé de tous les atouts.

Libérée de cette emprise, je devrais désormais les lui enlever et les remplacer par tous les défauts du monde ? Serait- ce vraiment honnête ?

J’ai tout aimé de lui.

Je m’acharne désormais à regarder son portrait dans un regard dépourvu d’amour mais plein de tendresse. Souvenir d’une expérience heureuse qui m’a été offerte, comme au coucher de sa vie, on fait le point sur ces erreurs avec bienveillance.

 

Retrouvez mes chroniques sur Les copines d’abord

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
MarieR

#ExecutiveWoman #BookFan #Beautyaddict #GrandeVoyageuse #Bloggueuse #LionneEtPrincesse #Danseuse

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !