Les célibattantes parisiennes : qui sont-elles vraiment ?

Les célibattantes parisiennes : qui sont-elles vraiment ?

Ce concept est effectivement nouveau et assez spécifique à la Parisienne ou l’urbaine de manière générale.

En effet, les statistiques prouvent que 2 couples sur 3, à Paris, ne fonctionnent
pas. Eh bien, nous devenons alors des Célibattantes parisiennes. C’est-à-dire que nous sommes de jeunes trentenaires, souvent sans enfants, qui viennent de nous faire larguer ou bien de larguer notre mec car il ou nous attendions encore plus. Le concept de Célibattantes parisiennes n’est pas tout à fait nouveau mais c’est un véritable phénomène de mode en ce moment. Alors voici, une description plus précise du concept.

Comment devient-on Célibattantes parisiennes ?

Tout d’abord, évidemment, il faut être parisienne. Bon, c’est un état de fait, mais cela s’applique à n’importe quelle femme urbaine. Par définition, nous sommes des femmes d’une trentaine d’années qui rêvons d’amour. Peut-être un peu trop. Nous sommes tiraillées entre les contes de fées que l’on nous racontait quand nous étions petites et la réalité de la société de consommation dans laquelle nous vivons.



Avec ou sans enfant, nous rêvons du prince charmant. Si, si, je vous assure. Sous nos airs de je sais ce que je veux et surtout ce que je ne veux plus. On rêve. On rêve de romantisme, d’attention, d’un homme qui nous prenne dans ses bras pour nous rassurer, d’un homme qui nous soutient quand on se met à douter. D’un homme qui nous aide à porter la dure charge d’être une femme seule à Paris.

Bref, on rêve toute de notre homme idéal.

Malheureusement, la plupart d’entre nous avons vécu des relations intenses pendant plusieurs années avec des hommes que nous avons profondément aimé et puis un jour vous vous réveillez et il n’est plus là. Mais pourquoi ?

La société de consommation même dans la vie privée

Qui n’a jamais remarqué ces affiches placardées dans le métro ou sur les bus indiquant « Vous recherchez une relation extra-conjugale. Connectez-vous sur Gleeden ! ». Horreur, malheur, nous voilà de la marchandise humaine. Même la pub et les concepts cherchent à faire péter votre couple. Comme s’il n’y avait pas suffisamment de tentation avant. Non, là, on vous en remet une couche !

De plus, nous vivons dans une société de consommation. Et cela marche aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Non parce que là, forcément, on défend la cause de la Femme, mais il faut être totalement honnête et bien reconnaître que cela peut aller dans les deux sens. Il n’y a pas que les femmes qui souffrent, les hommes aussi peuvent être trompés. Mais, bon cela pourra faire l’objet d’une autre analyse.

Que font les Célibattantes Parisiennes pour réapprendre à vivre ?

Vous venez de vous faire larguer après plusieurs années d’une intense relation. A ce moment-là, vous avez besoin de vous sentir entourée par des gens qui vous connaissent bien. Vous revenez aux basiques. Vos amies de toujours sont forcément là, mariées ou pas, elles seront là. Puis petit à petit, vous rencontrez d’autres femmes qui elles aussi sont des Célibattantes parisiennes.

Et comme vous avez l’angoisse, tous les soirs, de rentrer chez vous (enfin l’appartement où vous viviez avec l’ex homme de votre vie), vous organisez les apéros avec vos copines. En plus, le printemps arrive, les terrasses s’ouvrent à vous et vous vous réconfortez auprès de vos amies qui vivent la même chose que vous. Ouf, je ne suis pas seule au monde !!

Souvent, vous vous mettez à picoler un peu, vous fumez de trop, mais dites-vous bien que cela n’est qu’un passage. Vous avez besoin de ce break de Célibattantes pour vous reconstruire. Vos amies sont passées par là et vous aideront à y voir plus. Ne vous enfermez pas chez vous à regarder Bridget Jones toute la journée et bouffer de la glace en pyjama pilou pilou. Non, sortez de ce carcan !!!

D’où est né le concept de la célibattante parisienne ?

Nos mères, souvent soixante-huitardes, ont eu l’audace de se rebeller et de sortir de ce carcan de femme au foyer. Nos mères nous ont appris à être indépendantes, à se dire que du jour au lendemain, tout peut basculer, sans que vous vous en rendiez compte. Je fais partie de la génération où on était montré du doigt à l’école quand vous étiez enfant de divorcés. On dirait qu’aujourd’hui c’est l’inverse. Rares sont les enfants qui ont encore la chance d’avoir leurs parents vivant ensemble et heureux. Et c’est tant mieux pour ces enfants ! Mais malheureusement, ce n’est plus beaucoup le cas.

Bref, entre la culture Dolto, mai 68…., on nous a inculqué à être des battantes et à savoir se débrouiller seule, juste au cas où. On nous a fait faire des études pour avoir des métiers qui nous permettent de subvenir à nos besoins et d’assumer nos vies de femmes. Ouais, parce que faut bien admettre qu’on a souvent envie d’aller s’acheter des fringues, de se faire faire des petits massages régulièrement, d’être traitée comme des princesses, de se sentir belle…

Alors, merci à nos mamans de nous avoir donné la force de pouvoir nous assumer. Mais comme, toute bonne chose, il y a le revers de la médaille !! Eh oui, du coup, forcément, en étant aussi indépendante, du coup, les mecs ont peur de nous. Et c’est là qu’il faut la jouer subtilement pour arriver à refaire sa vie !

Pourquoi les Célibattantes font elles peur aux hommes ?

Comme je disais précédemment, nos mères nous ont appris à nous assumer. Or, dans la nature de l’Homme, je veux dire le Mâle, c’est lui qui va à la chasse et qui nourrit sa famille. Alors du coup, nous les Célibattantes parisiennes, pouvons parfois passer pour des castratrices.

Mais détrompez-vous messieurs, c’est juste une assurance que nous voulons nous donner. Nous avons besoin de vos bras réconfortants, de votre assurance. Une femme a besoin d’un homme pour être rassurée et notre demande n’est pas plus compliquée que cela. Juste de l’assurance, de la confiance, de la complicité.

Messieurs, s’il vous plait, n’ayez pas peur de nous, nous sommes de gentilles princesses qui attendons notre prince charmant. Soit on le fait en picolant et en fumant, mais tout ça c’est bien peu de choses par rapport à ce que vous pouvez nous apporter !!!

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Faustine

Nouvelle #Célibattante | #Digital Job & Life | #Gourmande & #Alcoolo depuis peu, Au #Régime depuis toujours | Un peu #Blonde sur les bords...

1 Comment
  1. J’ai ouvert le poste en me disant chouette! un article qui à l’air intéressant sur les célib’ (femmes).
    Je me considère moi-même célibattante, mais malheureusement, j’ai décroché de la lecture à la phrase: « Par définition, nous sommes des femmes d’une trentaine d’années qui rêvons d’amour.  »

    Cette phrase vous disqualifie à mes yeux de vous appeler célibattantes. Votre définition est celle de la majorité des jeunes femmes, urbaines ou non, qui vivent sur cette terre. Un peu Bridget Jones ou Sex and the City en qq sorte.

    La célibattante, elle, n’as pas d’âge (enfin de 25 à 99 ans disons), n’a pas pour but dans la vie de rencontrer quelqu’un ou de faire sa vie avec quelqu’un. Elle est une femme qui vie seule (par choix ou non) en pleine conscience, de la vie, de sa valeur à elle, et qui ne s’excuse pas de vivre sans compagnon/compagne. Elle fonce, ou se débrouille comme elle peut en positivant, en évoluant, et en faisant de la vie un terrain d’apprentissage, de réalisations personnelles, et de bons moments. Bridget Jones et Sex and the City c’est dépassé. Inventons ou redécouvrons des femmes fortes et indépendantes à tous niveaux, pro, perso, qui choisissent ou non d’avoir des enfants, et qui essaient de n’avoir peur de rien.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !