Moi Chloé, Parisienne et Célibattante… en 14 points - https://www.celibattantes.fr/
Chloé D's Célibattante Parisienne

Moi Chloé, Parisienne et Célibattante… en 14 points

Vous me suivez depuis 1 mois, mais au final, vous ne me connaissez pas vraiment, si ? Découvrez ma vision de célibattante parisienne en 14 points !

1- C’est être regardée comme une paria par vos amis (et surtout vos amies mariées)

A Paris, pas un soir ne passe sans que vous soyez invité à un diner, un barbecue sur une terrasse, un pique-nique sur la Champs de Mars, un vernissage.. bref, si vous avez envie de sortir, les occasions ne manquent pas! Tout ceci organisés par vos différents groupes de potes que vous avez souvent rencontré en école de commerce, ou même au lycée. Amitiés indéfectibles, croyez-vous. Ca fait 20 ans que çà dure, c’est du solide!



Mais quand vous vous séparez, subitement, vous n’êtes plus invitée nulle part, comme si le célibat était une maladie (genre épidémie qui peut se répandre!! Ebola à côté c’est de la gnognote)… Surtout quand vous avez provoqué la décision, et quand géographiquement, vous avez quitté l’ex-domicile conjugal… dans ce cas c’est même plus Ebola, c’est carrément la Lèpre!

Question de bien ou de mal ? Ces amitiés n’étaient en fait que des mondanités si typiquement parisiennes? La frontière est mince dans notre petit milieu confiné. Néanmoins, je pencherais plutôt pour l’explication suivante : vous apparaissez désormais comme une menace pour bon nombre de couples qui, au bout d’une dizaine d’années, ne vont plus aussi bien qu’au premier jour. Vous pourriez :

Au pire, donner des velléités d’indépendance à un conjoint malheureux ;
Au mieux, sauter sur le faible mari, car évidemment, célibataire vous êtes sûrement en manque d’affection et de sexe !

Puis vous retrouvez un amoureux… et là, vous pensez avoir rétabli l’équilibre binaire magique et pouvoir retrouver enfin une vie sociale ! Alors vous invitez de vieux amis, ravie…. Et là, messages gênés, de l’un de deux membres du couple, vous avouant que son mec ou sa nana ne veut pas voir votre nouveau mec par solidarité pour votre ex et qu’il n’a même pas la décence de vous le dire en face… (alors que la réciproque n’est pas vraie et qu’il voit sans scrupule la nouvelle meuf de votre ex)

Fini, terminé ! Vous êtes condamnée à changer de cercle… cela dit, sans grand regret quand vous comptez sur les doigts de la main ceux qui ont été là au moment de la séparation, et certainement pas ceux qui affichent la plus grande foi et compassion au grand public !

MAIS TANT MIEUX : le ménage fait, vous avez maintenant autour de vous, un cercle rapproché de nouveaux amis, un peu écorchés par la vie, de tous âges, avec qui vous rigolez (beaucoup) et sur qui vous pouvez vraiment compter !

2- C’est devenir subitement alcoolo

Et oui! Car qui a vraiment envie de se faire tous les jours des plateaux télé? Heureusement à Paris, 2 couples sur 3 divorcent…..donc les copines d’apéro pullulent! Pour palier à ce stress de la solitude, nous nous retrouvons ainsi entre nous, célibataires (de plus en plus nombreuses donc…), à débattre sur de sujets souvent hautement intellectuels (comprenez notre dernière date Tinder).

Et sans que vous vous en rendiez compte :

Les bouteilles se suivent et se vident à vitesse grand V ;
A la fin de la semaine vous faites le point et ô misère! Le bilan est très lourd : vous êtes sortie picoler tous les jours avec vos copines car il y en a forcément une qui appelle au secours et…solidarité féminine oblige, on raboule toutes! Car oui, il y en a toujours une qui s’est faite larguer par l’amour de sa vie (le mec qu’elle a rencontré 3 jours avant sur Adopt), une autre qui va rencontrer l’amour de sa vie via Happn le soir même et qui a besoin de boire avant pour être un peu plus à l’aise avant LA rencontre de visu, la troisième qui ne sait pas quoi répondre aux premiers échanges Whatsapp et enfin celle qui pensait vivre une super histoire (depuis 3 longues semaines) mais qui commence à douter.

L’avantage ? Nous sommes reçues comme des reines dans notre bistro fétiche! Les jeunes sont virés de leurs places pour nous laisser nous installer, le patron vient systématiquement nous saluer et la planche de charcute est offerte par la maison! On est des staaaars (sur un territoire de 30m2 mais des stars quand même)!

3- C’est se confronter à la peur des hommes du second marché à s’engager

Alors que quelques semaines – voire même quelques jours – de relations suffisent à la plupart des femmes pour se projeter, les hommes restent eux très prudents quant à leurs sentiments et leur envie de se lancer dans la vie à deux.

Les origines de la peur de l’engagement masculin peuvent être multiples mais à notre âge (comprenez celui du second marché) la principale cause est sans nul doute une mauvaise expérience amoureuse passée, le divorce, et donc une forte envie de papillonner…..En effet, fort de la croyance que le mariage (ou vie commune) est de toute façon voué à l’échec, autant ne pas s’engager et s’éviter ainsi une rupture qui peut être douloureuse émotionnellement et en terme d’image de soi.

L’homme divorcé (ou séparé) n’a tout simplement pas confiance en son jugement, ses choix lui paraissent toujours erronés, c’est pourquoi il rebute inconsciemment à s’engager de quelque manière que ce soit, mais SURTOUT sur le plan sentimental.

Il se trouve qu’en plus, à Paris, les occasions ne manquent pas pour les hommes de chasser et de trouver une nouvelle conquête à peu près tous les jours. Et c’est prouvé, plus le choix est large, plus l’homme a du mal à se poser. Peut-être devrions-nous déménager à Tour ou Orléans? La question mérite d’être posée!

Mais bon nombre d’entres eux finissent tout de même par se lancer, à condition de leurs laisser le temps d’en avoir envie ! Sachez rester mystérieuse, vous faire désirer, créer le manque…

Tout comme la femme est indéniablement l’élément rassembleur et fédérateur d’une famille (un proverbe indien y met des mots de façon très juste : « Si vous enseignez à un homme, vous enseignez à une personne. Si vous enseignez à une femme, vous enseignez à toute la famille. »), c’est la femme qui fait qu’une relation marchera ou pas. En effet, c’est elle qui porte, crée, rassure, patiente….. Lourd poids sur nos petites épaules si frêles. Mais nous sommes plus fortes, raisonnées et mûres, alors assumons avec fierté!

Mais rassurons-nous : de toute manière, l’homme de peut pas vivre sans nous donc il devra bien s’y faire.

Néanmoins, une chose est sûre : dans la majorité des cas, un homme qui ne veut pas s’engager… Ne veut pas s’engager avec VOUS. Donc gardez votre énergie pour celui qui en vaut vraiment la peine!

4- C’est être prise pour une nympho

Alors oui çà fait beaucoup rire vos amies vos petites histoires d’un soir, vos rencontres sur Tinder, votre libération sexuelle…mais dans votre dos, les ragots et les critiques vont bon train! N’entendez-vous point vos oreilles siffler?

Sous prétexte que vous cumulez les rendez-vous, que vous avez pris confiance en vous, que vous vous connaissez mieux et surtout que vous profitez ENFIN de la vie : vous êtes une pute.

Parce que dans notre chère capitale où l’on a coutume de dire que les esprits sont plus ouverts et moins étriqués qu’en province qu’on pense – peut-être finalement à tort – plus traditionnelle…que nenni! C’est même presque pire tellement les langues de putes et les ragots font rage! On se croirait presque dans l’Amérique puritaine et hypocrite.

Alors un conseil : ne vous fier pas à leurs remarques. Restez INDIFFERENTES.

Et ce, pour quatre raisons :

  • Vous n’êtes pas une pute non, vous êtes une FEMME qui vit sa vie de Femme de manière épanouissante. Une femme qui VIT sa trentaine avec avec un grand V. Et c’est une chance! REJOUISSEZ-VOUS !
  • Vos copines sont tout simplement jalouses (souvent inconsciemment…enfin, je crois et j’espère). Car elles, elles se coltinent le train train quotidien que vous avez été si heureuse de quitter.
  • Vos copines ont peur de vous : vous êtes une rivale, un danger pour leurs couples (cf point n°1).
  • Seul VOTRE BONHEUR COMPTE. Et j’insiste lourdement sur ce dernier point.

5- C’est devoir être confrontée aux remarques de votre famille et de vos amies proches

Votre famille et vos amies les plus proches sont très très inquiets pour vous : normal, vous êtes célibataire! Grave maladie, on l’a déjà dit plus haut. Pourtant ils ne devraient pas être si inquiets, car à Paris, l’âge moyen des mariages est de 33 ans et 3 mois. Donc à 35…on n’est pas si loin quand on y pense!

Pourtant depuis notre plus tendre enfance on nous répète « Ne te case pas trop vite » « Pense à ta carrière » « Tu as tout le temps pour faire des enfants ». Car une femme parisienne est censée être une femme qui s’assume, qui fait de hautes études, qui est indépendante….mais çà c’est en théorie. En pratique…c’est pas la même!

Toutes les occasions sont bonnes. Les amis et la famille ne manquent pas de délicatesse. « À ton âge, tu ne vas tout de même pas faire la difficile ! ». Mais je vais me gêner ! Parce que les copines, vous savez, ce n’est pas parce que vous m’invitez à dîner avec le seul copain célibataire de la bande, au demeurant incasable depuis nos 11 ans, que c’est l’homme de ma vie !

Mais ne vous plaignez pas, c’est pour votre bien ! Heureusement, quand on a un père aimant – comme le mien – qui ose vous dire « Ne t’inquiète pas, à notre époque les femmes peuvent faire des enfants jusqu’à 60 ans » « Merci papa, je sens que tu as une grande confiance en moi et en l’espoir que je me case vite ! ».

Pire que mon père, la mère de l’une de mes amies lui demanda très sérieusement : « As-tu déjà réfléchi à rentrer dans les ordres ? ».

Parents, amis, au nom de tous les célibataires : « Arrêtez! Cette notion du temps qui passe et les remarques que vous nous faites ne font que nous ramenez à nos propres angoisses. Ne croyez-vous pas que nous sommes déjà assez stressées de notre sort ?? Parias que nous sommes ». Je dis çà mais nous ne sommes pas si stressées!!!

6- C’est gérer sa vie de femme, de mère et de working girl : être une SuperWoman

Divorcée, vous travaillez (le plus souvent).
Vous avez dû vous reloger dans plus petit (je précise qu’à Paris pour avoir 70 m2 il faut débourser 2 000 euros minimum! Madame Hidalgo, je vous appelle à l’aide! Une aide pour les parents solo serait la bienvenue….même pour les soit-disant CSP+!) ou vous éloigner de l’école ou de votre bureau. Vous avez vos enfants, quasi-exclusivement ou une semaine sur deux. Et vous avez réduit les heures de ménage ou de nounou.

Résultat des courses : VOUS ETES SUPERWOMAN !

La course commence le matin pour habiller les enfants, être à l’heure à l’école, puis au bureau (après 45 minutes d’embouteillages rien que pour traverser 500m…merci Paris! et surtout merci Delanoé de nous avoir fermé les quais!), vous sautez le déjeuner pour aller à la gym (et oui, les enfants, les apéros + l’âge vous font souvenir qu’il faut quand même vous maintenir en forme), répondez par texto à vos enfants qui vous demandent de l’aide pour leurs devoirs (merci google qui vous aide à vous remémorer vos théorèmes de maths et votre grammaire anglaise!), courrez au supermarché et rentrez vous écrouler et regarder des comédies romantiques en rêvant au prince presque charmant qui pourrait juste vous prendre dans ses bras le temps d’une sieste (je recommande vivement « Orgueil et Préjugés » qui fait toujours le job!).

7- C’est devoir se coltiner tous les sites de rencontres

Et çà fait marrer la galerie! Mais vous croyez vraiment que çà nous amuse tant que çà, NOUS, de servir de cobaye à tous les nouveaux nés comme Happn, pour ne citer que lui??

Oui, au départ çà fait rire, çà devient même un jeu.

Certes, on a des choses à raconter sur nos multiples boulets rencontrés, sans parler de ceux avec qui nous avons juste discuté. Cà prend un temps fou et la rentabilité n’est pas vraiment au rendez-vous! Vous bosseriez en entreprise, vous seriez virée direct. Cause : taux horaire trop élevé / productivité en-dessous du seuil acceptable.

Car le problème est que nous ne sommes pas prêtes à passer la nuit, ou la vie, avec n’importe qui sous prétexte que nous sommes célibataires. Et oui, nous les femmes divorcées / séparées / ou tout simplement éternelles célibataires n’avons pas forcément de rêves démesurés mais nous savons ce que nous voulons, ou plutôt NOUS SAVONS CE QUE NOUS NE VOULONS PLUS ! Nous voulons un mec attentionné, mais pas trop collant! Celui qui est là juste quand vous en ressentez le besoin. FACILE NON?!-:)

Facile, facile…c’est vite dit! Entre le radin, le flambeur, l’asexué, le pervers, l’illettré, le mytho, l’impatient, le (trop) romantique, le mauvais coup, le crado, le glandeur, le plouc, l’anarchiste, l’escroc….et j’en passe…vous avez de quoi écrire un bouquin d’études sociologiques sur les différents types d’hommes mais vous n’avez toujours pas trouvé de mec !!! Et écrire un bouquin sur les mecs ? Non merci !

8- C’est devoir être nickel non-stop

Oui nous sommes célibattantes, ce qui ne veut pas dire que nous sommes nonnes. Donc pour chopper, il faut se prendre en main (ok, vous avez un peu perdu l’habitude, car avec votre ex vous vous laissiez un peu aller sur la fin. Et même pour celles qui faisaient attention, lorsqu’elles lui prenaient l’envie d’enfiler un jogging, de ne pas se coiffer et de rester avec le teint vert…. leurs mecs acceptaient).

Oui mais non, ce n’est plus possible ! Car l’homme de votre vie, ou juste celui de votre nuit, Dieu seul sait quand vous aller le croiser. Dans la rue, en sortant de la gym, au supermarché, au boulot…. les possibilités sont nombreuses et il faut se tenir prête! Se tenir prête, çà suppose quoi? Cà suppose ETRE TOUJOURS AU TOP DE SON POTENTIEL quelle que soit la situation.

Donc, toujours sortir brushée, manucurée, épilée (ben oui on ne sait pas où va nous mener la rencontre au Carrefour Market! Cà peut aller vite), bien habillée et……le SMILE !!!! Le sourire est largement le plus important donc même si vous vous êtes pris la tête avec votre boss avant car vous avez « pris votre après-midi » en sortant à 18H30, que votre ex vous a fait une énième remarque sur la façon dont vous éduquez SES enfants (alors que monsieur ne les a qu’un WE sur 2), que vos chérubins vous ont rendus fous toute la journée….gardez ce large sourire!

Tout cela suppose une organisation extrême et avoir un Kit de Survie sur soi pour parer à tout imprévu : maquillage, shampoing sec, préservatif, collants, vernis à ongles, déo, parfum, petit haut de rechange, brosse à dents… la totale ! En résumé, baladez-vous avec un cabas, plutôt qu’avec une pochette! (je recommande le cabas Louis Vuitton, pas si cher que çà finalement et très pratique…sinon y’a toujours H&M).

Et là j’ai envie de citer Coco Chanel « Mon petit, ne sortez jamais de chez vous, même pour cinq minutes, sans que votre mise soit parfaite, bas tirés et tout. C’est peut-être le jour où vous allez rencontrer l’homme de votre vie. »

9- C’est devoir assumer le train de vie d’une jet-setteuse avec un salaire divisé par deux

Qu’on se le dise, tout est deux fois plus cher quand on est célibataire!….Mais allez le faire comprendre à votre entourage!

En effet, contrairement à ce que l’on pourrait croire, un couple ne dépense pas deux fois plus qu’une personne seule. Les études ont prouvé qu’il suffit d’une fois et demi le salaire d’une personne seule pour vivre en couple à Paris.

Le loyer est, bien entendu, le pôle de dépense qui touche le plus durement le budget du célibataire. Et comme vous n’avez pas envie de vous retrouvez dans 30 m2 comme une miséreuse, vous faites péter le budget!

Les restos :

les couples dînent plus souvent chez eux alors que les célibataires ont tendance à dîner à l’extérieur pour ne pas rester seule avec leur plateau télé et pyj devant « The Mentalist » (voir devant une rediffusion de « Sous le soleil »). Mais un resto à Paris c’est mini 60 euros par tête…. auquel vous rajoutez, le cas échéant, la baby-sit qui elle, s’est également bien adaptée aux règles du marché parisen : 10 euros de l’heure ! Tout çà pour garder un enfant qui dort, et diner tranquille devant Grey’s Anatomy…un comble !

Les anniversaires :

vous payez le cadeau commun seul, la bouteille de champagne (comprenez le « PAF ») seule…alors qu’un couple divise ces frais par deux.

Les fringues :

quand on est seul le samedi après-midi, on a envie de faire les boutiques. On consomme pour combler un vide et surtout parce qu’on se dit « Si je suis mieux habillée, je serais plus belle et donc je trouverais plus facilement un mec ».

Les dépenses « beauté » :

du type acide hyaluronique ou même botox (oui oui, on y pense !) pour paraître plus jeune et là encore mettre plus de chance de notre côté pour trouver l’amour ! J’ai une copine très maligne qui va se faire faire ses soins à Lyon lorsque sa boîte lui paye le déplacement ! Résultat : 2 fois moins cher !

Les vacances :

celles-ci sont faites pour les couples ou pour les familles. En général, le célibataire paye le prix fort . Regardez le Club Med : une chambre seule est un tiers plus chère qu’une chambre à deux ! Mr Giscard d’Estaing, je vais porter plainte !!!!

Mais NON ! Je ne me retrouverai pas à l’UCPA donc il va falloir mettre la main à la poche !

10- C’est ré-apprendre à s’aimer quand on est au bout du rouleau

Vous venez de vous faire larguer après une relation intense avec l’homme que vous pensiez être celui de votre vie (ou alors, vous l’avez largué, non parce qu’il faut bien admettre que ce n’est toujours plus facile d’être larguée que de larguer !!). Bref, vous êtes triste, déprimée, sensible aux moindres remarques, vous avez envie d’envoyer chier tout le monde, de vous retrouver seule chez vous en pyjama pilou pilou, en train de manger une bonne glace vanille noix de pécan de chez Häagen-Dazs, en regardant Bridget Jones et en hurlant « All by myself, don’t wanna be, all by myself !!! ». Ouais, là, quand vous en êtes rendu à cette étape, c’est que vous êtes au bout du rouleau.

Et même les Tinder, Happn et autres sites de rencontres ne vous amusent plus. Alors, comment donner le change pour vous remettre à bosser, reprendre votre vie sociale et vous donner la chance de rencontrer l’homme de votre vie ? Non, parce que c’est sûr, il existe !! Mon arrière-grand-père avait pour habitude de dire qu’il y a toujours un couvercle pour une marmite !!!

Alors, certaines vous conseilleront d’aller faire du shopping (mais dans ces moments-là vous vous sentez grosse et moche, sans compter que la crème glacée n’aide en rien), d’aller faire du yoga (ouais, ben je suis pas contorsionniste moi !!!), de prendre RDV chez l’acupuncteur….

Pour en avoir fait l’expérience, ce qui m’a le mieux réussi, c’est d’aller faire le tour des instituts de beauté de la place de Paris (OK, c’est un certain budget, mais faire du shopping, c’est pareil !!!). Et là, forcément on prend soin de vous. D’un seul coup, vous vous sentez redevenir femme, conquérante, attirante !!!! Ces esthéticiennes arrivent à rendre votre peau d’une douceur extraordinaire, avec LE maquillage (que vous n’arriverai jamais à reproduire chez vous) qui vous donne l’air d’une bombasse !!! Et là, vous verrez que très naturellement, vous reprendrez confiance en vous.

Vous êtes belle, vous êtes une battante, le connard qui vous a quitté ne vous méritait pas alors pas la peine de s’épancher trop longtemps sur le problème. Et même si vous l’avez quitté, c’est que vous vous êtes rendue compte qu’il ne vous méritait pas.
Bref, c’est le bon moment pour reprendre votre vie sociale. A vous les apéros en terrasses avec les autres copines parisiennes célibattantes!

Sentez-vous belle, draguez, forcez-vous à sortir. Celles que vous connaissez bien ne vous jugeront pas même si vous avez un coup de mou et que vous avez envie de pleurer. Pleurer, c’est sain. En médecine chinoise, on dit que pleurer, c’est faire sortir le mal. Et une fois que vous n’aurez plus de larmes, c’est qu’une bonne partie du travail sera déjà faite. C’est en redevenant vous-même que vous pourrez donner le change.

On est toute passée par des événements de rupture plus ou moins difficile. Il n’y a pas de recette miracle véritablement même s’il y a pléthore de pseudo-psychologues qui ont écrit tout un tas de bouquins pour vous dire que tout s’arrange. Oui, ben merci messieurs dames, mais vous n’avez pas inventé le fil à couper le beurre en disant des trucs pareils. On sait qu’après la pluie le beau temps, mais en attendant pour moi, et c’est ce que je conseille également à toutes mes copines, c’est prenez du temps pour vous, réapprenez à vous sentir belle, sortez, vivez, aimez les gens et ils vous aimeront.

11- C’est apprendre à vivre pour soi

Jusque là, on avait toujours vécu pour l’autre, si ce n’est par l’autre ou à travers lui. Ce qui veut dire que vous ne vous connaissez plus et vous ne savez plus qui vous êtes. Vous êtes paumée : « Comment vais-je arriver à vivre pour moi et non pour mon homme? »

Et pourtant, c’est une étape primordiale aussi bien pour se reconstruire que pour reconstruire un couple (un jour…).

Pour se construire

Après le divorce, on se réveille subitement au monde. On a jamais eu l’impression d’avoir été aussi Femme. Profitons-en!

  • On se ré-approprie son corps : on refait attention à notre physique alors que nous avions un peu laisser cela de côté pendant notre mariage ;
  • On apprend à se connaître : tout y passe, de la psychanalyse au développement personnel en passant par le yoga. L’introspection et le mieux connaître son moi sont deux choses essentielles. Nous sommes pleines de ressources, acceptons-le et prenons-en conscience!
  • On découvre enfin la sexualité : oui c’est bien et NON CE N’EST PAS TABOU!

Mais pour çà, il faut d’abord accepter le fait que votre célibat et votre « échec » de couple est une étape de vie qui aide à grandir, à se construire. C’est votre chemin de vie. Il faut éliminer toute culpabilité. Et primordial : SE PARDONNER A SOI-MEME AVANT DE PARDONNER A L’AUTRE.

Pour reconstruire un couple

Il faut apprendre à se nourrir soi-même et à ne pas attendre de l’autre qu’il comble nos moindres manques, qu’il efface et panse nos blessures.

Apprendre à vivre seule, à être indépendante affectivement, permet de nouer des contacts plus enrichissants avec l’homme que nous rencontrerons. Nos attentes seront moins fortes et il le ressentira. Il se sentira alors moins en danger et pourra prendre le temps de s’habituer à l’idée du couple sans se sentir pressé, jugé ou coincé. On en revient à la peur de l’engagement… toujours et encore. Mais elle n’est pas une fatalité!

12- C’est apprendre à se débrouiller seule

Mariée, vous vous étiez répartis les tâches …de manière souvent très caricaturales d’ailleurs, mais qui finalement correspondaient assez bien au savoir-faire de chacun. Les hommes au bricolage et à la descente des poubelles, les femmes au menu des kids et au repassage! Féministe au pas, on ne peut pas nier les faits : c’est comme çà chez 99% des couples!

Mais voilà que vous vous retrouvez seule, mais les tâches, elles, restent toujours à faire! Donc il va falloir réveiller le côté masculin qui sommeillait en vous!

Par exemple :
Lorsque vous êtes nulle en bricolage, et que se pose le problème de l’assemblage du meuble Ikéa;
Même chose quand il s’agit de porter le sac de courses ou valises jusqu’au 6ème étage de votre immeuble sans ascenseur;
Lorsque vous crevez sur l’autoroute et qu’il vous faut changer la roue;
Et je ne vous parle pas de la compta : une déclaration d’impôts ???? euh papa, on fait comment ???

Je me rends compte que finalement, nous les femmes, sommes multi-tâches! Rien ne nous résiste. Avec un peu de volonté, NOUS POUVONS TOUT FAIRE.

Imaginez votre ex repassant ses chemises et dites-vous que vous êtes bien plus forte que lui ! CQFD. Parce vous, le meuble Ikéa, vous finissez finalement par réussir à le monter ! Lui n’arrivera jamais à repasser sa chemise, il ira la déposer au pressing. J’ai tort ?!

13- C’est ré-apprendre à draguer

Alors perso, j’étais la reine des dragueuse! Je voulais choper ? Je chopais ! Et je n’avais aucun doute sur mon sex-appeal. Mais çà, c’était avant (comme beaucoup de choses..j’dis çà…qui m’aime me suive…!)….quand j’avais 20 ans. Autant dire que çà fait loin !!!

Aujourd’hui, je suis une pro du chat sur les sites de rencontres (mes amies m’appellent « Docteur Love »), je suis également une marieuse invétérée, mais quand il s’agit d’aller au feu c’est la panique! Vite, on appelle les copines pour boire un goder avec le RDV histoire d’être plus à l’aise!

Et s’il était trop déçu en me voyant ?
Et s’il détestait mon look ?
Et s’il ne comprenait pas mon humour ?
Et si j’ai très envie de terminer la soirée chez lui, est-ce-que j’ai le droit ?

Tant de questions sans réponses….toutes vos copines ont évidement un avis différent, çà n’aide pas!
Du coup, je me suis rencardée sur le web. On trouve tout sur la toile, même des sites comme séduireunhomme.fr! Que j’en profite pour remercier.

Ce qu’il faut faire, dans l’ordre :

  • Instaurer un flirt verbal;
  • Entrer gentiment mais sûrement dans son espace vital (c’est être à portée de câlin…);
  • Instaurer un lien physique grâce à quelques échanges tactiles ici et là;
  • Instaurer un silence et le regarder dans les yeux, ce qui sera les prémices de votre premier baiser.

Et si vous voulez coucher le premier soir, vous avez le droit !!!!! Les filles, on n’a plus 20 ans ! Oh chance !

Ce qu’il faut éviter :
L’ingratitude : si il vous invite au resto, vous remerciez. Ce n’est pas un du! (mais mauvais signe s’il ne le fait pas);
Parler de ses ex (et parler de ses enfants s’il n’en a pas);
Parler de votre avenir commun : c’est un peu tôt !!!!

14- C’est ré-apprendre à comprendre les hommes

On a toutes lu le best-seller de John Gray « Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus ». Si ce n’est pas le cas, courrez vite l’acheter, c’est un indispensable!

L’auteur part du principe que les hommes et les femmes :

  • Utilisent les mêmes mots mais qu’ils ont pour eux une signification différente. Il faut adapter son langage, décoder les messages, et même apprendre à discuter avec les mots de l’autre;
  • Ne réagissent pas de la même manière aux émotions et à l’amour. Il s’ensuit donc de furieux malentendus;
  • Ont des besoins émotionnels différents : si ces besoins ne sont pas comblés chez les uns et les autres, ils se sentent frustrés;
  • N’ont pas les mêmes besoins et l’erreur qu’ils commettent est d’apporter au sexe opposé ce qu’ils aimeraient recevoir de lui plutôt que de lui apporter ce dont il a réellement besoin. »

Et surtout les femmes sont trop impatientes ! Mais l’impatience peut faire peur et tuer une relation dans l’œuf.

« Celui qui sait attendre le bien qu’il souhaite, ne prend pas le chemin de se désespérer s’il ne lui arrive pas ; et celui au contraire qui désire une chose avec une grande impatience, y met trop du sien pour en être assez récompensé par le succès. » disait la Bruyère. A méditer.

Montrez que vous êtes une femme indépendante, certainement pas en attente, sûre d’elle, avec un agenda de ministre… Mais tout çà, sans leurs faire peur ! Tout est dans la subtilité !

Car nous nous assumons, certes, mais ce n’est pas pour cela qu’il faille avoir peur de nous et croire qu’il n’y a plus de place pour vous les mecs !
Car en effet il y a une place : nous voulons juste des bras, voire des pieds chauds (la mauvaise circulation du sang chez les femmes n’est malheureusement pas une légende), une oreille attentive pour partager nos joies et nos peines, et surtout, surtout rigoler et nous changer les idées… Ce n’est pas si difficile !

Nous sommes des célibattantes, pas des mantes religieuses !

Conclusion

Pensez Positif.

Ayez confiance en vous.

Prenez le temps de vous reconstruire.

Amusez-vous.

N’ayez pas peur du regard d’autrui.

Prenez soin de vous.

Devenez (un peu) égoïste.

Assumez d’être une Femme.

Sources :

séduireunhomme.fr / aufeminin.fr / Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus / katrinette.fr

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Sarah du Breuil

#DigitalMum & #Entrepreneuse | #Blogueuse le jour, #Maman & #Epicurienne la nuit, ou l'inverse | I'm not 35. I'm 18 with 17 Years Experience

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !