Mon fils, ma bataille - https://www.celibattantes.fr/
Mère Célibataire avec son enfant. Relation mère-fils

Mon fils, ma bataille

« Devine combien je t’aime?  Il lève le nez et regarde la nuit sombre. Rien ne peut être aussi loin que le ciel. Puis, il lui chuchote au creux de l’oreille : Moi je t’aime jusqu’à la lune…et retour ».

Voici le rituel que mon fils et moi avons au moment du coucher.

Cette simple phrase qui en dit long. Personne ne pourra donner autant d’amour et de manière aussi inconditionnelle que votre enfant.

Mais voilà, être mère célibataire n’est pas fait que de moments aussi magiques que ceux là. Etre mère célibataire, c’est aussi le souci de bien élever son enfant, de lui donner toutes les armes pour affronter la vie. Mais çà nous arrive de déraper, parce que nous ne sommes pas parfaites et que quelque fois on est même fatiguée.



 

Ne pas inverser les rôles

Hier, je me suis énervée contre mon fils. Pour rien. J’étais juste éreintée. Je me suis excusée et sa réponse fut «Maman, ne t’en veux pas. C’est ton rôle. Tu dois me gronder pour m’éduquer. C’est une façon de me montrer que tu m’aimes ». Extraordinaire! Et là, je culpabilise encore davantage. Comment puis-je m’en prendre à cet ange ? Ce petit bout d’chou toujours près à me faire passer avant lui ? Car un enfant qui vit seul avec sa mère a tendance à la surprotéger, à inverser les rôles. Et moi aussi. Et je le laisse faire…à tort. Il porte sur son épaule un poids énorme : le bonheur de sa mère.

Deux anecdotes m’ont marquée :

  • Un soir de mars après une longue journée : « Tu veux que j’appelle ton patron maman, tu as l’air fatigué ? Je vais lui dire que tu as besoin de repos »
  • Ou encore hier soir, je pars prendre l’apéro et voilà mon fils qui me dit tout à fait naturellement « Si tu as un problème, tu m’appelles ». Il faut l’entendre pour le croire!

Mais ce genre de petites phrases est un signale d’alarme

l’enfant n’a pas les moyens psychiques, intellectuels et émotionnels pour porter un adulte sur ses épaules. Il l’ignore au moment où cela se passe, mais il ne peut qu’échouer face à la tâche impossible qu’il s’assigne.

C’est ainsi que naît ce qu’on appelle la dynamique du « Sauveur »: l’enfant apprend à répondre aux besoins de ses parents en négligeant totalement les siens. Cela donne, une fois adulte, des personnes qui savent remarquablement prendre soin des autres et être extrêmement attentives, mais qui se trouve incapables de faire pour elles-mêmes le dixième de ce qu’elles font pour autrui.

Elles oublient leurs propres besoins, ne leurs accordent aucune importance et ne les font figurer qu’en bas de la liste des priorités d’autrui. Ce statut de « Sauveur » va en quelque sorte devenir leur identité, leur seule et unique façon d’interagir avec autrui et de se sentir aimés et acceptés.

Oui, être mère célibataire n’est pas de tout repos. Non, on ne peut pas être parfaite. Mais une chose est sûre : il faut laisser notre enfant vivre sa vie d’enfant avec l’insouciance qui va avec. Ne pas lui faire assumer nos doutes, nos déceptions, nos angoisses.

Assumer ce quotidien qui vous bouffe.

Etre mère célibataire c’est assurer le quotidien. Ce quotidien qui vous bouffe. Nous sommes obligées de jouer le père et la mère, celle qui câline et celle qui gronde, qui pose les limites. Le week-end, le père n’a plus qu’à s’amuser, passer les caprices, offrir des cadeaux…Pourtant établir une routine est primordiale tant pour notre enfant que pour nous, au moins les jours de semaine.

 

Ne pas s’oublier ni culpabiliser.

Etre mère célibataire, c’est assumer trois vies : sa vie de mère, sa vie de femme et sa vie professionnelle. Selon les périodes, on privilégie l’une d’entres elles. Il ne faut pas culpabiliser, même s’il ne saurait être sain et constructif d’oublier les deux autres.

J’ai un petit blues hebdomadaire où je me remets en cause, pensant ne pas être à la hauteur, de plus avoir la force. Mais la force, on la puise toujours, en particulier quand il s’agit de son enfant. Je ne sais d’ailleurs pas où. De l’amour qui nous entoure sûrement. Nous ne pouvons pas être une maman épanouie si nous ne sommes pas des femmes épanouies et vice versa, donc nous n’avons pas trop le choix.

Et si notre vie de femme prend le dessus ou l’inverse, essayons de ne pas culpabiliser.

«  Il faut absolument arrêter d’avoir des pensées négatives. Il suffit souvent de prendre conscience qu’aucun parent n’est parfait, en couple ou pas. Peut-être que les choses n’ont pas tourné comme elle l’espérait, mais la vie continue, et il est encore possible d’être un excellent parent et d’avoir un enfant parfaitement épanoui. » Cécile Moreschi

Et le plus compliqué : ne pas dire de mal de son papa devant notre enfant. Forçons-nous à ne pas oublier que quoi qu’il arrive et quoi qu’il se soit passé, c’est leur père et donc une figure importante pour leur épanouissement.

Oui être mère célibataire, c’est dur. Personne ne pourra nier çà. Mais quand vous doutez, quand vous pensez que vous n’êtes pas à la hauteur, souvenez-vous de ce que Victor Hugo disait : « La femme a une puissance singulière qui se compose de la réalité de la force et de l’apparence de la faiblesse».

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Sarah du Breuil

#DigitalMum & #Entrepreneuse | #Blogueuse le jour, #Maman & #Epicurienne la nuit, ou l'inverse | I'm not 35. I'm 18 with 17 Years Experience

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !