Non, je ne changerai pas ! - https://www.celibattantes.fr/

Non, je ne changerai pas !

Débuts idylliques, déclarations enflammées…jusqu’au jour où…Il vous demande de renoncer à certains aspects de votre vie (traits de caractère, habitudes…). Et oui ! Commencent les premiers agacements, les premières exaspérations…Des deux côtés, soyons francs 🙂 Les hommes n’endossent pas TOUTES les responsabilités!

On pense pouvoir changer l’autre et changer pour lui. Mais non ! Surtout pas à notre âge ! Surtout pas avec notre vécu, notre autonomie et notre indépendance si difficilement acquise.



Il faut partir du principe que l’autre a toujours su qui vous étiez, que vous ne lui avez pas menti, et surtout qu’il n’a aucun droit de vouloir vous changer. Se nier pour quelqu’un n’apporte jamais rien de bon. Ce n’est tout simplement pas viable à long terme de vivre dans le renoncement. Posons-nous quelques questions sur le sujet…

Pourquoi veut-il me changer ?

 

-Pour garder le contrôle

On ne s’engage pas dans une histoire en se disant  :  « Je vais le changer ». Mais, inconsciemment, on se dit que grâce à nous, à l’amour qui nous lie, on aura assez d’influence sur l’autre pour qu’il entende nos désirs, envies et besoins. « Il m’aime, je compte pour lui donc il va faire des efforts c’est sûr... ». Alors certes, l’autre fera sûrement attention mais il ne se métamorphosera pas!

Entre se modeler mutuellement pour que la vie à deux soit plus sereine,

et avoir l’ambition de métamorphoser son conjoint,

le fossé est immense.

Changer l’autre est alors, inconsciemment,

une façon de garder le contrôle dans le couple.

-Pour ne pas changer, lui

« Nous possédons tous en nous la volonté de changer l’autre, explique la thérapeute de couple Michèle Nicolas, car l’autre est en partie un miroir de ce que nous sommes. Au début de la relation, l’autre nous renvoie une image positive et aimante. Lorsque notre regard sur lui devient critique, c’est aussi sur nous-même qu’il le devient. Il est alors plus facile de s’en prendre à lui. »

Dans la période fusionnelle de l’amour, en début de relation, on accepte les défauts de l’autre. Et justement on les aimait ces fameux défauts! Ils rendaient l’autre touchant, sensible et humain.

Plus tard, ces défauts nous agacent, mais ce qui change,

c’est le regard dans le miroir, pas l’image reflétée.

Puis-je tout de même aller dans son sens ? Oui.

 

-Ce que je peux changer peut-être l’accessoire

L’autre n’est pas cette pâte malléable que l’on aimerait qu’il soit, soumis à nos envies. « On peut demander que changent des comportements qui nous blessent, des manies qui nous agacent, estime Claude-Marc Aubry, psychanalyste et psychothérapeute. Un conjoint peut demander n’importe quoi à son partenaire, du moment qu’il n’exige pas, qu’il parle de ses besoins et de son ressenti ».

La clé : Dialoguer.

Pas critiquer ni condamner.

Dialoguer, c’est demander. Sans agresser.

-Jamais l’essentiel

« Lorsque l’amour crée une forme de cocon, on peut évoluer parce que nos systèmes de défense diminuent, estime Michèle Nicolas. Mais sur le fond, cela ne change pas la personne ».

« Tout ce qui appartient à la structure même de la personne ne peut être changé, juge Claude-Marc Aubry. Nous ne sommes ni le thérapeute ni le sauveur de notre conjoint. Et lorsque nous nous plaçons dans l’une de ces positions, il est bon de s’interroger sur soi. »

Et s’il commençait par lui ?

 

-Etre à l’écoute

C’est en comprenant pourquoi les légères contrariétés provoquées par l’autre nous touchent de façon disproportionnée que l’on pourra prendre de la distance.

En essayant de comprendre l’autre, de l’écouter, de dialoguer, l’autre va commencer à faire un peu plus attention, à s’excuser.

Il faut apprendre à vivre ensemble.

Cela passe forcément par des concessions.

-Accepter la différence

On ne peut pas demander à l’autre d’être responsable de notre vie, de notre bonheur. On ne peut pas non plus demander à l’autre  de satisfaire tous nos désirs comme une mère nourricière.

« Chacun est responsable de son propre bonheur. Si l’autre ne peut pas nous apporter quelque chose, à nous de le trouver ailleurs ».

Trop vouloir changer son partenaire

est alors le signe qu’il faudrait, peut-être, changer de… partenaire ?

#Celibattante #Liberté #NonAuRenoncement

Sources : psychologies.com, ladepeche.fr, haim.harboun.free.fr, chat-land.org

 

 

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Sarah du Breuil

#DigitalMum & #Entrepreneuse | #Blogueuse le jour, #Maman & #Epicurienne la nuit, ou l'inverse | I'm not 35. I'm 18 with 17 Years Experience

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !