Je suis une célibattante parfaitement imparfaite - https://www.celibattantes.fr/
La Femme Parfaite est une Célibattante

Je suis une célibattante parfaitement imparfaite

« Tu es normale ». Il y a quelques années, ces mots ont eu pour moi un pouvoir salvateur, trois mots telle une incantation rassurante qui me permettaient de continuer à respirer dans ce monde un peu fou.

Je vais vous raconter mes épreuves. Parce qu’avec du recul, ces étapes ont été un des plus sublimes cadeaux de la vie. Et je vais vous faire part des remèdes qui m’ont aidée. Parce que j’ai moi-même eu une main tendue qui a tout changé. Et parce qu’après tout, on est toutes emplies de failles, de doutes. Nous sommes fragiles au fond. Vous savez, cette petite partie cachée tout à côté du cœur qu’on aime à dissimuler avec un large sourire qui barre le visage.



 

Retour en 2007. Mon emploi ne me laissait aucun répit, ma vie était un tourbillon qui décimait la moindre parcelle d’ennui.

Je travaillais sans cesse. Quand je ne travaillais pas, j’étais de sortie. Ne rien faire était synonyme d’un vertige angoissant que j’évitais depuis longtemps.

Le problème, c’est que mon boulot était si exaltant qu’il était corrosif. Et, malgré la fatigue et quelques coups durs de la vie, je continuais à me réfugier dans ce travail et dormir de moins en moins.

Mon corps a commencé à m’envoyer quelques signaux d’alerte – fatigue, cœur qui s’emballe, tremblements – mais je les ai éludés bien volontairement.

Jusqu’au jour où… La chute fut rude et m’a stoppée dans cet élan infernal.

 

Un mois d’arrêt. Plus de place pour le panache ou les excès. Pour ma survie, mon esprit et mon corps s’étaient ligués et m’avaient clouée au sol.

Les nuits blanches sont devenues noires sans aucun fragment de lumière à l’horizon. La chute a été rude mais vitale pour retrouver celle que j’étais vraiment. Celle qui était animée par des rêves dilués dans la vie adulte.

ll fallait donc les exhumer ces rêves, pour revenir à soi.

Mais avant toute chose : je devais être rassurée parce que j’avais vraiment l’impression de devenir dingue.

 

  1. EN PARLER

« Mais, ne vous inquiétez pas, vous êtes normale. Ce qui vous arrive est tout à fait normal »

Ces mots ont été prononcés il y a des années et je me souviens encore du pouvoir miraculeux qu’ils ont eu sur moi. J’étais normale. Fragile, certes, en proie aux doutes, en manque d’estime de moi, en carence affective, blessée, épuisée, névrosée sûrement. Mais je n’étais pas folle. Tout était normal.

Si je n’avais qu’un conseil à vous prodiguer si vous vous sentez un peu chafouin ou complètement au fond du trou, je vous dirais d’en parler, de vous confier.

A un professionnel, à une amie, à un parent. Cela fait un bien salvateur de se décharger de ces mots/maux qui pourrissent notre esprit et d’entendre qu’on n’est ni seule à ressentir ces vagues à l’âme, ni anormale.

 

  1. LIRE

La lecture a eu pour moi un rôle essentiel. D’abord parce qu’une fois encore, j’ai compris que ces fêlures existentielles, ces doutes, ces interrogations – pourquoi suis-je célibataire ? pour quoi suis-je vraiment faite ? qui suis-je ? – sont universels.

Le premier des livres qui a réinsufflé de la vie dans mon cœur est « Mange Prie Aime », d’Elisabeth Gilbert – ma bible dont je ne me sépare plus.

L’histoire vraie d’une femme qui avait tout, tout pour être heureuse : un mari, une maison à New-York, un boulot de rêve, une vie confortable. Mais en plus de ne pas être heureuse, elle est rongée par l’angoisse. Elle fait donc le choix de divorcer et de tout quitter pour réaliser son rêve : réapprendre la dolce vita, le plaisir de la vie en Italie en oubliant les dictats de la vie moderne – elle y prendra « les 12 kg les plus heureux du monde ». Elle partira ensuite en Inde, où elle méditera pour apprendre à poser et discipliner son esprit. Puis à Bali où elle apprendra l’équilibre, l’alignement du corps et de l’âme et rencontrera l’homme de sa vie. Ce livre est bourré d’humour et très bien écrit (ce qui n’enlève rien). C’est un récit de vie réel et salvateur que je ne peux que vous conseiller.

Ensuite, Nicole de Buron est une des auteurs qui m’a fait rire aux larmes pendant cette période difficile. Mes coups de cœur : « Mais t’as tout pour être heureuse » et « Chéri tu m’écoutes ? Alors répète ce que je viens de dire ».

Ses livres, récits autobiographiques comiques et tendres, sont emplis d’Hermès et autres marques prestigieuses, mais aussi de campagne, déprime, copines et sursauts de l’âme drolatiques.

Enfin, la famille Servan-Schreiber (Florence avec son best-seller « 3 kifs par jour » et David avec son recueil de chroniques « Notre corps aime la vérité ») m’a permis de comprendre (David était médecin et chercheur en neurosciences) et d’adopter des rituels quotidiens salutaires (nutrition, sport, gratitude…).

 

  1. MES RITUELS

  • Manger sainement.

J’ai rencontré une nutritionniste qui m’a élaboré un programme nutritionnel complémenté (huiles essentielles, plantes etc…). Le changement d’alimentation a eu une influence incroyable sur ma peau, ma forme, mes cheveux et mon moral.

  • Le sport.

C’est le médecin qui m’a « prescrit » du sport. 1h30 deux fois par semaine. Je sais que ça n’est pas possible pour chacune de nous, entre les enfants, le boulot, les obligations… Mais David Servan-Schreiber rappelle que des chercheurs d’université ont scientifiquement prouvé que la pratique du sport serait aussi bénéfique que des antidépresseurs. Donc en plus de nous faire un corps de rêve, elle nous rend plus heureuses.

  • Penser à trois choses positives.

Florence Servan-Schreiber conseille de s’endormir en pensant à 3 choses – moments – kifs qui nous ont fait du bien dans la journée.

Cela peut être des choses assez banales (le serveur m’a souri, le soleil irradiait le bureau…) comme des moments plus décisifs.

L’essentiel est de ne pas se concentrer uniquement sur les évènements négatifs de la journée et de ne pas éluder les petits miracles quotidiens auxquels on ne porte plus vraiment attention.

  • Organiser une soirée « copines- cousines » par mois – au minimum.

Que c’est bon d’être entourée d’êtres bienveillants, de rire, de partager des moments, de vivre tout simplement.

  • Donner de soi.

Pour ma part, j’ai eu la chance de pouvoir quitter mon travail et faire du bénévolat pendant près d’un an et demi. Auprès de personnes âgées et d’enfants en rupture sociale et dans la précarité.

J’ai aussi été volontaire dans un centre d’informations à Lourdes, parce que le hasard de la vie a fait que j’habitais à côté. Quelle joie de se sentir utile, utile dans la vie de quelqu’un si seul qu’il s’y est prostré. Quel bonheur de voir les yeux d’une personne pétiller parce qu’on lui a tendu la main Et quel bien fou de donner de soi, d’échanger avec des êtres à l’âme abimée mais qui ont la force d’être gais, alors qu’ils sont criblés par des malheurs dont je n’aurais pas supporté le dixième. Parfois seule notre présence fait renaître un peu de vie dans un cœur cabossé. Et ça c’est quand même très chouette.

 

Une fois encore, mon témoignage n’engage que moi et les livres ou les petits rituels dont je vous ai fait part ne remplacent pas un professionnel.

Ils sont un complément que je voulais partager avec vous parce que parfois, c’est apaisant aussi de savoir qu’une copine a vécu la même chose et s’en est sortie.

 

Il est normal que quelques fragments de fragilité subsistent.

Et c’est mon cas.

Mais il parait que les hommes craquent pour les femmes

parfaitement imparfaites 😉

Et vous les célibattantes, est-ce que vous avez des rituels,

des conseils, des commandements du bien-être ?

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Phanie

#Femme active le jour, #Étudiante la nuit, #Juriste dans une autre vie. Célibattante Provinciale | Arrête le sucre tous les 3 jours. |#Courageuse et forte, sauf devant un Disney (ou une paire de chaussures..)

1 Comment
  1. Hello Phanie,
    Merci pour cet article!
    Ça ressemble à ma vie!
    Mais pour moi le point de départ c’est un divorce suivie d’une histoire / passion (cf mange prie aime ma bible). Dans le genre voyage initiatique, je te conseille si tu ne le connais pas Wild de Cheryl Strayed. Après le décès de sa mère adorée et une période de n’importe quoi, elle décide de randonner seule pour essayer de se trouver et se recentrer.
    Je fais du sport dans l’objectif d’un 10 kms et plus si affinité.
    Je me sens engagée dans la protection civile depuis quelques semaines.
    Et bien sur les apéros filles ou on refait le monde.
    Enfin un peu de méditation et quelques séances chez le psy! Du shopping, du bricolage, des magazines féminins.
    En somme, il faut se faire du bien, des choses qui ont du sens et qui apportent de la satisfaction. Quoiqu’il arrive, on est toujours face à soi-même, même en couple. donc autant être sa meilleure amie.

    Comme toi je suis imparfaite, fragile et sensible mais je sais que j’avance dans le bon sens et lire ton témoignage me l’a confirmé.

    Bon courage à toi
    Amitiés
    Del

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !