Relation pansement : a good deal? - https://www.celibattantes.fr/
couple heureux dans la campagne

Relation pansement : a good deal?

C’est une question qui m’a été posée par une célibataire qui ne se remet pas de sa récente rupture et me demande si retrouver très vite quelqu’un pour oublier son ex est une bonne idée. Grande question!

En théorie, c’est une solution pour moins penser à son ancien amoureux et donc l’oublier petit à petit. Mais est-ce que remplacer une personne par une autre nous évite vraiment la douleur de la séparation, le manque, la solitude ?



C’est vrai qu’après une rupture, notre confiance en soi en prend un sacré coup.

 

Les questions nous assaillent : « pourquoi c’est fini? « , « qu’est-ce que j’ai fais pour mériter ça ?« , « pourquoi ne suis-je plus digne d’être aimée ?« , « il a rencontré quelqu’un d’autre , qu’est-ce que cette personne a de mieux que moi ?« , « pourquoi il préfère être seul que sans moi ? »
Ces tonnes d’interrogations nous empêchent de dormir, nous fatiguent, nous culpabilisent (« j’ai du faire quelque chose de mal pour que ça s’arrête?« ), nous dévalorisent.

Nous ruminons jusqu’à en perdre le sommeil, l’appétit. Notre cerveau est assailli de multitudes de pourquoi sans réponses. Parfois nous nous attribuons toute seule la cause de la rupture alors que l’autre personne est autant responsable.

Subir une séparation fait toujours du mal à l’égo.

 

Pour ceux qui vivaient une relation fusionnelle, se retrouver seul, c’est comme se retrouver amputé d’une partie de soi, de son identité. C’est la fin d’un nous. D’un couple. D’un tout. D’un duo.

Et ça fait mal parce que c’est la fin d’une identité et le début d’une nouvelle. Celle d’une personne plutôt triste, déprimée, qui doit changer ses habitudes, son adresse, ses amis (certains disparaissent à l’annonce de la rupture).

Continuer à vivre sans l’amour, le soutien, la tendresse, les conseils de l’autre, c’est très dur. Encore plus si des enfants sont en jeu car en plus de la culpabilité de ne pas avoir su retenir l’autre, il y a celle de séparer les enfants de leur père.

L’échec est ressenti comme double : femme en échec et mauvaise mère….C’est dur…

Et si la rupture est conflictuelle, au sentiment de dévalorisation de soi se rajoute le mal-être, le stress, la fatigue mentale liée à la mauvaise relation avec l’ex.

Alors c’est très tentant de vouloir reconstruire trèèèès vite une nouvelle relation avec une personne qui nous apporte ce que nous avons perdu…

 

….le sentiment de se sentir belle, désirable, d’être aimée. Une nouvelle complicité, des rires, des sourires partagés, des câlins, de la tendresse, des appels, des sms échangés, des rituels de couple.

L’autre panse nos blessures, nous réconforte, nous rebooste. Il est comme une vitamine qui nous redonne la pêche, l’énergie d’avancer, de vivre.

Il nous apporte ce que nous avons perdu, nous permet de nous évader, d’oublier le mal causé par la séparation.

Il nous apporte de la légèreté et de l’amour alors c’est tout bénef pour soi-même.

La précédente rupture a fait exploser la cellule familiale et la nouvelle relation se vit comme une bulle hors du temps, une parenthèse de douceur, de plaisir, de bonheur pendant la tempête de la séparation.

A court terme, cette relation pansement est très positive pour soi-même.

 

Et le paradoxe de cette situation, c’est que souvent, même si la rencontre a lieu peu de temps après la fin de la précédente histoire, nous n’avons pas toujours conscience que c’est une relation de transition.

En anglais, on l’appelle « relation rebond ». Elle porte aussi d’autres appellations comme relation sparadrap, relation de transition ou relation tampon. Pas très jolies comme expressions pour désigner un nouvel amour…

Pour la personne « sauvée » (parce que c’est bien cela), elle profite bien de la situation qui lui apporte beaucoup.

 

D’ailleurs, souvent, ce genre de relation débute sur les chapeaux de roue car il y a la volonté plus ou moins consciente d’aller vite pour passer à autre chose.

Par contre, pour l’autre, le sauveur, le pansement, le réparateur, la situation est beaucoup moins reluisante. Tout simplement parce qu’il (ou elle) donne plus qu’il ne reçoit.

C’est le propre de la relation pansement. L’un donne beaucoup ce qui a pour vertu de réparer l’autre . Mais cet autre n’est pas vraiment prêt à donner parce qu’il est là pour recevoir ce qu’il a perdu.

Ce n’est donc pas vraiment une relation équitable.

 

Bien sûr, chacun peut y trouver son compte à court terme :

  • Le « sauvé » retrouve du soutien, une béquille, un baume réparateur.
  • Le « sauveur » a le mérite de servir à quelque chose, il peut se sentir important par cette position dominante.

Bref il n’y a pas d’équilibre dans cette relation.

Est-ce respecter une personne que de l’utiliser pour oublier quelqu’un d’autre ? C’est l’instrumentaliser…

Le respect minimum, c’est d’avertir ce nouveau partenaire qu’il n’est là que pour nous aider à aller mieux. Car souvent quand nous allons mieux, nous réalisons que cette personne ne nous convenait pas et que rompre est la meilleure des solutions.

Le hic, comme je l’ai déjà écris, c’est que parfois nous vivons une nouvelle et belle relation en étant sincère, avec passion même, sans savoir que c’est une relation qui a peu de chances de durer.

Bien sûr, il n’y a pas de règles : une relation qui débute juste après une rupture peut déboucher sur une relation saine et durable à long terme.

 

Mais dans la majorité des cas, cette relation ne dure pas tout simplement parce que la personne récemment séparée n’est pas prête à se remettre en couple.

N’oublions pas qu’une blessure fait craindre d’être blessée à nouveau et freine donc tout réel investissement amoureux.

Si la relation rebond ne dure pas, c’est aussi parce que souvent la personne « sauveuse » n’a pas été consciemment choisie par son nouveau partenaire.

 

Faire un choix quand nous avons un moral bas n’est jamais très judicieux. C’est au contraire, quand nous sommes au meilleur de nous-mêmes, que nous sommes le plus à même de faire le meilleur choix de partenaire pour soi en fonction de ses valeurs, ses objectifs, sa personnalité.

Quand nous allons mal, nous nous raccrochons à la 1ère roue de secours qui passe.

Quand nous nous séparons, la souffrance devient le quotidien et personne ne veut souffrir. Le réflexe, c’est de se débarrasser de cette souffrance. Ca fait tellement mal que, vite retrouver l’amour et ne plus souffrir devient notre priorité. Et quel que soit le moyen.

La relation pansement ou sparadrap ou rebond est vu comme LA solution. Le remède miracle. Celui qui atténue, qui guérit le mal. Le docteur qui soigne pendant la convalescence du coeur.

La souffrance est tellement douloureuse, insupportable que les bras consolateurs d’un inconnu soulagent grandement et surtout vite. Grâce à lui, nous allons mieux, même si le temps de deuil de la relation précédente n’a pas été respecté. Le mal n’a pas été cicatrisé.

Alors c’est plutôt séduisant comme solution pour s’en sortir, non ? Un de perdu ? Pas de problème, un de (vite) retrouvé !

 

Pas de bobo, pas de vie en solo, de dodo solitaire et en prime de la nouveauté. Que demande le peuple ?

La vie n’est pas aussi simple. Une relation belle et solide se construit avec le temps.

 

Ce n’est pas le cas de la relation pansement où tout va très vite. L’envie d’aller de l’avant, d’oublier son ex, de passer à autre chose poussent à brûler les étapes de la construction d’une relation habituelle.

Souvent l’un veut très vite créer un lien avec l’autre, faire l’amour rapidement, emménager ensemble, présenter l’amoureux à la famille ….ce type de relation peut -être passionnée.

Mais tout ce qui se construit trop vite n’est pas gage de qualité. La douleur sous le pansement a juste été endormie mais pas guérie. Un pansement, c’est éphémère. Ca ne remplace pas un vrai traitement en profondeur de la blessure.

Un pansement, ce n’est pas très efficace. Ca cache mais n’enlève pas le réel mal-être.

Se remettre en couple très vite pour oublier son ex est un leurre à long terme.

 

Le risque, c’est plutôt de comparer l’ex et le nouveau partenaire. Et de se rendre compte qu’ils ne sont pas interchangeables. Et d’en souffrir quand nous réalisons que nous sommes toujours amoureuse de l’ex et que le nouveau partenaire, malgré toute sa bonne volonté, n’arrive pas à endormir la douleur. Le pansement n’aura pas fait effet longtemps.

Le meilleur remède à une séparation, ce n’est pas remplacer une personne par une autre. Mais c’est bien de faire le deuil de son passé.

 

Faire le point sur le pourquoi de cette rupture, en tirer des leçons pour ne plus les reproduire.

Se reconstruire en profondeur, réfléchir sur soi. Sur qui on est, ce qu’on veut, qui on souhaite rencontrer.

Réapprendre à s’aimer soi-même, retrouver la joie de vivre perdue, c’est la solution du bonheur à long terme.

Se reconquérir soi-même est le secret de la véritable guérison du coeur…avant de retrouver le véritable amour.

C’est ce que je te souhaite si tu es en peine de coeur parce qu’il est précieux et mérite d’être soigné.

Un coeur guéri, qui apprend de ses erreurs, se rapproche de l’amour vrai.

Retrouvez d’autres chroniques de la Nouvelle Maman Solo ICI.

Et si vous souhaitez faire de belles rencontres, c’est par là => sur The Good Match

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Alexandra

#MamanSolo de 2 anges avec 2g #blogueuse #danseuse #esprit libre, parfois ironique & parfois sensible, toujours les pieds sur terre et le coeur qui rêve, le sourire et la plume sont mes armes.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !