RentreAvecLui.com #MaVieSansAppli #2 - https://www.celibattantes.fr/

RentreAvecLui.com #MaVieSansAppli #2

Après ma première expérience loose de la vraie vie sans appli (rapport à ma dernière chronique Et si je le rencontrais dans la Vraie Vie? #MaVieSansAppli #1), j’ai été un peu refroidie.

Une fois que j’avais compris qu’il n’y aurait plus rien et que les sourires continueraient leurs échanges incessants et inutiles.



Une fois qu’ils ont commencé à se faire plus fuyants.

Une fois que j’ai reçu un dernier texto qui sentait le booty-call et que je lui ai dit ses quatre vérités….

J’ai décidé d’avancer.

Mais arracher à son cœur l’image de quelqu’un qui nous obsède n’est pas une mince affaire. Avec ce trop plein de sentiments pour une seule et même personne et à force de trop vouloir ne plus rien sentir, mon cerveau a fini par l’emporter sur mon cœur.

Mon cœur, lui, gardant toujours un stupide espoir, mon cerveau a tout fait pour le bâillonner. Cependant, à trop vouloir le rafistoler je lui ai créé une peau dure comme la corne : il ne peut plus être pénétré. Par personne.

N’ayant toutefois pas renoncé à m’amuser et sans perdre de vue que l’amusement peut virer au coup de cœur, je continue à accepter les invitations.

Je ne sais pas pourquoi, ce soir-là avant de sortir, j’ai changé mes draps.

 

Il ne m’était arrivé qu’une seule fois dans ma vie de ramener un inconnu chez moi.

D’ailleurs, entre nous, j’avais un peu regretté. Je m’étais fait la réflexion qu’une fois arrivé à la maison, c’était comme le take-away ramené du resto : ça a refroidi et ce n’est pas top quand c’est réchauffé. J’étais très mal à l’aise après la chose.

Dites-moi : les hommes partent-ils tous du principe

que si on couche ensemble on dort ensemble ?

Rien de pire qu’un corps inconnu qui ronfle à côté du sien.

Je ne peux donc pas m’expliquer pourquoi j’ai changé mes draps. Pas forcément volontaire à l’idée de remettre le couvert de cette manière là.

Mon état d’esprit était le même que d’habitude : fais-toi belle et vis ta soirée comme elle vient. Pourtant, je ne sais pas pourquoi, un peu comme dans les boums au collège quand j’espérais que j’allais rouler mon premier patin… j’avais une espèce de sentiment de joie anticipée.

Et si la soirée me réservait une surprise ?

 

J’arrive à la soirée en plein match : le bar est plein. Mes amis et les amis de mes amis déjà passablement éméchés. Je suis accueillie par des hurlements de joie. Bonheur.

Je papote gentiment avec des filles et des garçons de nouveaux horizons, je fais connaissance avec des nouvelles têtes bien pleines et bienveillantes.

A première vue, pas d’homme qui tienne la route.

A première vue, pas de changement de cap prévu ce soir.

A première vue, rien qui n’annonce une surprise quelconque.

A première vue…

Un peu plus tard, la sortie de bar se fait dans le bruit.

 

Nous sommes une quinzaine à battre le pavé et à chercher un refuge.

Une des invitées propose son salon pour continuer la soirée.

Je monte dans une voiture d’amis avec à l’arrière un homme que mon radar n’avait pas encore repéré. Pas mal. La mi-trentaine. Des faux airs d’un acteur que j’aime bien. Et si et si et si, à y regarder de plus près… il est de ces regards qui ne trompent pas.

Quand on est une femme, qu’on a un peu vécu, on sait.

On sait si on plait à un homme.

Au premier regard. On sait.

Un regard puissant, précis, un regard gourmand qui se plante dans le notre.

Un œil qui dit tu me plais, et moi te plais-je ?

Et au premier regard il sait aussi.

Il a la réponse à sa question souterraine formulée sans paroles.

Il sait si il plait à cette femme que je suis.

Tout ça est furtif. Silencieux.

Déjà le regard s’enfuit mais à ce moment là,

à cet instant précis pendant lequel je monte dans la voiture, je sais.

Je sais que je n’ai pas changé mes draps pour rien.

Déjà les blagues fusent. La musique jaillit du poste de radio. J’ai l’impression d’avoir 20 ans et de partir en boite de nuit avec une équipe chargée à bloc dans la voiture.

La soirée se poursuit chez une amie.

Le hasard fait que je me retrouve assise sur le canapé à côté de Monsieur regard.

Le hasard fait qu’on discute, qu’il me fait rire, qu’il me fait parler.

« Ah bon, tu cherches l’amour? Ah bon tu as arrêté les applis? Ah bon tu veux une vraie rencontre ? »

Monsieur hoche la tête, s’intéresse, me ressert du pinard.

Monsieur acquiesce. Sourit. Son œil se fait presque tendre. Me ressert du pinard.

Le hasard fait qu’il habite près de chez moi.

Le hasard fait qu’il est en voiture et moi pas.

Regard en coin, regard coquin, donne moi la main,

et raccompagne moi chez moi.

Monte boire un verre, donne moi la main et embrasse moi.

Regards coquins et nous partons dans une autre dimension.

Pas mal, me direz vous ? Alors tenez-vous bien : à sa question sur l’oreiller « depuis combien de temps es-tu célibataire ? » je lui réponds « 1 an et demie, et toi ? »

J’aimerais laisser la suite en suspens mais ce serait me priver du plaisir presque jubilatoire de vous la livrer.

Sa réponse fut qu’il est en couple depuis 3 mois. Le courageux garçon me dit ça après l’acte bien évidemment, évitant de prendre le risque de me voir lui filer entre les pattes (si je peux me permettre l’expression).

L’épilogue est un régal.

 

Quelques temps plus tard (au hasard 2 semaines… rapport à la garde de l’enfant), il m’envoie des textos plutôt très clairs et précis sur la manière avec laquelle il aimerait disposer de mon corps.

Bien évidemment, je lui explique que si je n’ai pas été assez claire la dernière fois j’en suis bien désolée mais ma position est sans appel : mec maqué = est avec une autre = pas avec moi.

Monsieur crétin ose encore me dire que si je suis au courant c’est parce qu’il l’a bien voulu (!!!).

Monsieur crétin ajoute devant mon refus têtu qu’il a voulu jouer la carte de la transparence et ne comprend pas ma réaction.

Monsieur  je couche alors que je suis en couple  a vraiment cru que le fait de parler de son histoire d’amour lui donnait le droit de tromper tranquillement sa nouvelle petite amie, que son attitude n’avait rien d’anormal et que c’était moi qui étais psychorigide.

Conclusion sans appel :

Dans la vraie vie aussi, il y a des pourris.

Pas que sur les applis.

#NeChangePasTesDraps #CaNeMèneARienDeBien #Next

 

A suivre :

3/ recycleunex.com

4/ cestarrivéprèsdechezvous.com

5/ adopteunbarman.com

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Pauline

#SuperWoman & #HardWorker & #DigitalMum | I'm Not 35. I'm 18 With 17 Years Experience

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !