Mon réveillon seule...et heureuse! - https://www.celibattantes.fr/
femme seule a la maison

Mon réveillon seule…et heureuse!

Solo pour le 31, mais prête à remordre la vie à pleine dents dès demain !

Et voilà, pour la deuxième année consécutive, je me retrouvais à fêter le 31 en solo.



Le 31 décembre. A priori un jour de l’année comme les autres, et cette année cela tombe un dimanche en plus, double dose de déprime !

Dernier cadeau de cette année compliquée avant de céder la place à celle que l’on attend, et en laquelle on place, à nouveau, tous nos espoirs !

Le 31 est en fait tout sauf un jour comme les autres, c’est Le jour où la société vous fait sentir nulle si l’on est seule.


Autour d’un verre avec mes amies, à la veille de cette nouvelle fin d’année, je m’interrogeais : à quel moment avais-je perdu mes amis, ou bien avais-je cessé d’être populaire ?

Ni l’un ni l’autre en fait, et mes amies me rappelèrent que :

  • d’une, mes groupes d’amis, qui étaient souvent au départ constitués de célibataires, avaient tendances à se dissoudre tous seuls et d’eux-mêmes dès lors que les différents membres se mettaient en couple ;
  • ensuite, elles eurent tôt fait de me faire remarquer que j’avais décliné pas moins de quatre invitations cette année, et que donc ma solitude de ce soir là serait un choix.

Alors 31 en solo ne rime pas avec tisanes et tricot ! Bien au contraire !

Comme l’an dernier, j’allais faire de cette soirée, ma soirée à moi. Une soirée unique qui me ressemblerait et loin de conventions sociales qui imposent que le 31 serait le seul jour disponible de l’année pour faire la fête, moi je n’allais en faire qu’à ma tête !

L’an dernier, j’avais passé ma soirée dans ma grande chambre, dans mon ex coloc, seule mais bien entourée. En guise de compagnons de fortune, un délicieux petit plateau repas, des bougies, la saison 12 de Grey’s Anatomy (je n’étais pas tout à fait à jour à l’époque), ma happiness jar (version 2016) à dépouiller, et d’autres amis seuls comme moi ce soir là, mais géographiquement éloignés, en liaison téléphonique.

Au final, la soirée avait été très agréable, calme, à l’image du 31 dont j’avais envie cette année là, et j’avais compris qu’on pouvait passer un très bon réveillon en solo, à condition de s’écouter et de privilégier ses envies au détriment d’un rite festif imposé par la société.

Cette année, je n’avais pas envie  que le  cassoulet et les chips au comté de l’an dernier deviennent la tradition de mon réveillon en solo, je me suis donc tournée vers beaucoup mieux, et plus régressif : des bols de céréales !

Eh oui, ni très malin, ni très sain, ni très diététique, mais je me suis autorisée encore une fois à régresser en cette fin d’année, avant de devenir cette personne parfaite en 2018, qui aura une discipline de fer coté soins du visage, du corps, qui se lèvera tous les matins deux heures plus tôt pour courir, méditer, faire du yoga, et qui déjeunera de thé vert et de graines (on peut rêver) !

Bref, là encore, j’attaquais ma soirée avec une pointe d’angoisse, mais au final, je savais que tout irait bien.

Autour de moi :

  • une amie chez ses parents,
  • un autre chez sa grand-mère,
  • une amie chez sa belle-famille et pas enchantée par cette formule,
  • une autre dans un café associatif pour une soirée jeux…

….en clair, pas de grosses fiestas prévues de toute façon autour de moi.

Je crois que pour notre façon de fêter le 31 aussi on change. On n’a plus les mêmes envies, les mêmes besoins, ni la même forme (quand je tiens jusqu’à 2 heures du matin c’est un record pour moi à l’heure actuelle !) .

 

J’avais bien sur reçu les consignes de quelques personnes autour de moi qui avaient prévu de se coucher avant 23 heures (il y en a toujours, même ce soir là), et qui me demandaient de bien vouloir attendre le lendemain pour leur envoyer mes vœux (aucun problème, je rappelle qu’on dispose de  tout le mois de janvier pour les envoyer).

Du coup, cette soirée a pris des allures de légèreté avec mes bols de céréales et mes films regardés en streaming, mais aussi d’introspection.

J’ai à nouveau vidé ma happiness jar, cru 2017 cette fois, et repasser son année en revue n’est pas anodin.

Même si cette jar ne recense que les bons cotés de l’année, on ne peut pas s’empêcher, ce soir là, le 31 décembre, de tirer un bilan plus global de ce nouvel an écoulé.

On fait des comparaisons, on se revoit l’année d’avant, dans un autre appart, entourée d’autres personnes, peut-être à un poids différent aussi. Et du coup, on dénombre les pertes…

Durant 2017, j’ai perdu quelques amis, me suis éloignée volontairement de certaines personnes toxiques de mon entourage (ça j’aurai pu et dû le faire bien plus tôt), j’ai repris la plupart des kilos perdus en 2016, j’ai évoluée sur mon rapport au boulot, mon rapport à l’argent.

Rien de très étonnant, me direz-vous, car la vie n’est faite au final que de changements, de bouleversements, d’évolutions, de choix, de décisions et de fluctuations.

Mais au final, a-t-on assez d’une soirée pour juger une année entière qui s’est écoulée ?

 

Est-on les mieux placés pour observer les changements en nous ?

Un œil extérieur ne serait-il pas plus pertinent, voire même parfois, plus bienveillant et tolérant ?

Et surtout, une soirée est-elle suffisante pour décider de ce que l’on veut faire de sa vie dans les années à venir ?

Car autre tyrannie de la société, et norme en vigueur à respecter : le soir du 31, on prend les bonnes résolutions à appliquer dès le lendemain !

Ah, les bonnes résolutions, on en parle ? Mais oui, parlons en justement ! 

Belle hypocrisie qui consiste à se définir un emploi du temps et des règles de vie de malades que l’on tiendra…une semaine ; un mois pour les plus ambitieux, deux pour les plus tenaces et courageux.

Au final, est-ce un mal nécessaire ?

Pour ma part, pour la première fois de ma vie, j’ai décidé que je n’allais en prendre aucune, que j’allais improviser, qu’en 2018 je prendrai le temps et je m’écouterai.

Alors, je sais déjà que je ne serai pas l’égérie healthy décrite plus haut, que je ne pèserai jamais lourd face à un carré de chocolat, que cela m’arriverait d’aller me coucher crevée sans me brosser les dents, mais que je ne me flagellerai pas pour autant ces fois là.


Je n’écouterai que mes envies, mes humeurs et moi ! 2018, prends garde, me voilà !

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
EmilieV

#fleurbleue#romantique#librocubilariste#écrivainenherbe #mojitoloveuse

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !