Ce soir là… - https://www.celibattantes.fr/
Pray for Paris

Ce soir là…

Nous sommes français, nous avons le courage de les regarder dans les yeux. De continuer. Continuer, à vivre, rire, vibrer, danser, respirer, aimer, adorer, jouer, crier, apprendre, choisir, aider et respecter.



Respecter ceux qui n’ont pas les mêmes croyances ;

Ceux qui n’ont pas la même couleur, la même histoire ;

Ceux qui ne portent pas atteinte aux libertés.

 

Et nous continuerons à la vénérer notre Liberté.

La liberté de croire – ou non – en Dieu ;

De respecter les femmes assumées, seules ou divorcées ;

La liberté de sourire aux inconnus ;

De croire  en un monde coloré ;

De pouvoir quitter sans être jugée ;

De disposer de son corps et de ses idées ;

De bénir un idéal qui rougeoie pour certains mais nous sauve la vie ;

La liberté qui nous emmène loin de la barbarie, des cendres et de la misère ;

La liberté d’écrire un mot d’amour à un homme parce qu’il nous plaît ;

La liberté de marcher en souriant parce qu’on est vivant ;

La liberté de vivre comme on l’entend ;

La liberté de pleurer ;

La liberté de croire à l’aube retrouvée ;

 

La liberté de créer une citadelle d’amour, de fleurs et de paix.

Le « Bateau France » est touché. Il se débat dans la tempête et le crachin.

Les vagues nous giflent.

Mais nous n’avons pas peur.

Parce qu’ensemble, nous vaincrons.

 

NON, ILS NE GAGNERONT PAS.

Ce soir, je publie pour LEUR dire haut et fort : VOUS NE NOUS EMPECHEREZ PAS DE VIVRE.

 

Vendredi 18h30

Deux mois jour pour jour que nous échangeons sur Tinder.

Sa photo de profil est sublime : brun, les yeux verts, une mâchoire carrée, un costume bien taillé. Cet homme semble être un mâle viril et assumé.

Ses conversations sont intéressantes. Autant qu’elles peuvent l’être quand on parle sur Whatsapp.

J’ose même, signe de perfection, soupçonner une infime part d’humilité ou de timidité.

Il ne m’a pas encore parlé de relation charnelle. Incroyable ! Il veut juste me rencontrer dans un premier temps. Il souhaite me connaître avant toute autre approche intime.

Ça tombe bien. Mon envie de passer une heure corps à corps avec un inconnu est proche du néant. Je rêve d’un homme romantique et lumineux. Un homme qui me permettrait de rêver à un peu plus que quelques minutes de râles et de cris.

Vous le comprendrez, je suis séduite. Par écrans interposés.

Il a assez de caractère pour me contredire parfois. De galanterie pour se montrer éduqué. Semble avoir des amis, une vie sociale. A  une facilité de converser tant sur la déshérence de la gauche  que sur son dîner.

Sa constance dans nos échanges me rassure.

Son ambition professionnelle finit de me décider : j’accepte de le rencontrer.

Ce soir, je vois donc Guillaume. Nous avons rendez-vous pour un apéro à 19h.

 

18h50

Je me sens mal maquillée et cernée.

Les copines au secouuuurs ! Je veux plus y aller !

Messages de soutien de mes amies :

_ « Tu es parfaite Chloé. Mais un conseil : ne te brade pas. Tu es une perle. »

_ « Tu es géniale, il ne peut que t’adorer »

_ « C’est ta semaine de chance (ndlr : cf Les Golden Blogs), ça va être top ! »

Elles sont au top les copines ! Toujours au taquet quand on a besoin d’elles !

Je suis rassurée, tout va bien se passer.

Souvenirs de mes échanges avec Guillaume.

Mon petit short, mes nouvelles bottes Freelance et mon perfecto feront sensation, c’est sûr ! Finalement je ne suis pas si moche ce soir…Allez go ! Direction République !

 

18h55

C’est lui qui a réservé le resto. Celui qui se trouve en bas de chez lui. Or j’habite à une heure de là. Aurais-je du y voir un signe ?

_ « Non non Chloé, on positive ! Ca ne te fera pas de mal de bouger un peu et de sortir de tes QG ».

Mais dans mon fort intérieur, je ne peux tout de même pas m’empêcher de penser que c’est une règle de galanterie bafouée.

Je lui laisse une deuxième chance.

 

19h15

15 minutes que j’attends sur la terrasse non chauffée, seule, dans la nuit.

Or, encore une fois, je lui avais dit :

_ « Guillaume, une seule doléance : je souhaite un bistro avec terrasse chauffée car mon verre sans ma clope, c’est très dur pour moi ! »

Bon, il n’aura certainement pas remarqué qu’une terrasse sans chauffage est ce qu’on appelle une terrasse non chauffée…

A moins que ce ne soit la seconde règle de galanterie bafouée ?

 

19h25

25 minutes de retard donc.

_ « Il doit se faire beau et hésiter entre 3 tenues pour moi, ça doit être ça »

A moins que ce ne soit la 3ème règle de galanterie bafouée ?

 

19h30

Il est arrivé. Enfin… je crois.

Je n’arrive pas à réellement l’identifier. Il m’assure que c’est bien lui.

Il est à l’exact opposé de sa photo de profil.

Bedonnant, le cheveux gras, la peau flétrie par la cigarette, les dents jaunes, un tee-shirt à peine repassé et des chaussettes blanches.

Polie, clope à la main, je lui propose :

_ « Si tu veux, on rentre à l’intérieur »

Monsieur a froid et rentre sans attendre que j’aies terminé de fumer.

Ok ok donc en effet là, c’est la 4ème… pas de doute, ce mec a bafoué beaucoup trop de règles de galanterie.

 

19h40

Je suis achevée. Vidée. Déprimée.

Dix minutes que cet homme ne me parle que de lui.

Lui et son travail.

Lui et son chien.

Lui et ses voyages.

Lui et son divorce.

Lui et sa garde alternée.

Lui et sa pension alimentaire beaucoup trop élevée.

Et tout ça sans le moindre humour. Sur un ton monocorde.

Ce cher Guillaume est sans odeur ni saveur.

A croire que c’était Cyrano qui répondait à mes messages Whatsapp !

 

20h30

A ce niveau là je ne suis même plus vidée, j’ai juste l’impression de faire ma BA de l’année ! J’entends déjà mes copines « Mère Térésa, ça suffit ! T’es pas une sainte ! Casse-toi !». Au fond, elles ont raison.

_ « Ecoute, je vais être honnête. Toi et moi, ça ne va pas le faire du tout. On n’a rien en commun. Tu es charmant mais je n’ai pas d’affinité et surtout je me fais chier ».

_ « J’avais bien senti mais c’est parce que j’ai mal au dos, je ne suis pas bien »

_ « Malheureusement je ne pense pas que ça vienne de ton dos, juste de toi. Pardon je suis cash mais je préfère aller droit au but»

Je sais, je n’ai pas été (très) sympa. Mais je n’arrive plus à me forcer.

Et là, incroyable, il part….sans payer ! Je suis dans un vaudeville ? Dans Surprise-Surprise ???

 

Ce soir là, j’ai été déçue. 20 minutes pour être exacte.

Parce que ce soir là, j’arrive à la maison et message de ma sœur paniquée :

_ « Chloé, ça va ? »

_ « Océane oui, ce n’était qu’un date ! Panique pas j’ai l’habitude »

_ « Je ne te parle pas de ta date enfin ! Où es-tu ? Toute la famille essaie de te joindre ! »

_ « Pas de panique cocotte ! J’étais à République pour un verre je te l’ai dit ! Je suis rentrée à la maison là, faut que je te raconte, une cata ! »

_ « Mais je me fous de ta date ! Allume BFM ! Et ne recommence pas »

_ « Recommencer quoi ? J’ai encore le droit de sortir sans te tenir au courant de mes faits et gestes !! Je t’adore mais vous êtes étouffants à me fliquer ! » La famille je vous jure !

_ « Allume BFM je te dis »

BMF TV ? Un vendredi soir ? Pas le genre d’Océane.

 

Je regarde mon téléphone : 43 SMS. 58 notif Facebook. C’est quoi ce délire ?

J’allume.

Les premières images me mortifient.

Des fusillades. Une prise d’otages.

Des parisiens en larmes. Une France sous le choc.

Et moi, Chloé, éternelle célibattante qui ne pensait qu’à l’échec de ma date.

Moi, Chloé, dans mon petit monde égocentré.

 

Ce soir là, j’ai pleuré.

Pas pour moi.

Pour nous tous.

Pour une France bafouée.

Pour ces familles abîmées.

Ce soir là, j’ai réalisé. Que j’avais de la chance d’être en vie. La chance de n’avoir perdu personne. La chance d’avoir un enfant, une famille, des amis….et tous près de moi.

 

Oui, ce soir là j’ai réalisé la chance que j’ai.

Ce soir là, j’ai pensé que la vie était courte et qu’il fallait tout tenter, risquer, vivre et vibrer, au risque de tout perdre mais aussi de tout rafler.

Ce soir là, je me suis souvenue d’une très belle citation de Théodore Monod :

« Le peu qu’on peut faire, le très peu qu’on peut faire, il faut le faire ».

L’essentiel est de penser aux autres, offrir de soi, de son temps et de son âme aux êtres mal-nés ou à la chance infidèle.

L’essentiel est de les aider à réparer leur ciel, à passer la nuit, les tenir loin de la misère et la nausée, de partager notre aurore et leur offrir nos mains, des bracelets de fleurs et des journées de paix.

Pas faire pour moi. Pour les autres. Donner de soi pour ceux qui ont moins de chance. Arrêter un tout petit peu de me plaindre, regarder autour de moi.

« Le mal, la peur et la souffrance qui règnent dans ce monde, ont une même origine : l’attachement au Moi. » Dalaï Lama

 

#PrayForParis #PrayForFrance #PrayForPeace #IAmParis #IAmFrance

 

Cette chronique a été co-écrite par :  Phanie #Femme active le jour, #Étudiante la nuit, #Juriste dans une autre vie. Célibattante Provinciale | Arrête le sucre tous les 3 jours. |#Courageuse et forte, sauf devant un Disney (ou une paire de chaussures…)

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Sarah du Breuil

#DigitalMum & #Entrepreneuse | #Blogueuse le jour, #Maman & #Epicurienne la nuit, ou l'inverse | I'm not 35. I'm 18 with 17 Years Experience

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !