Sexfriend or Boyfriend : l’amour sur gage est-il utopique ? - https://www.celibattantes.fr/
Sexfriend or Boyfriend

Sexfriend or Boyfriend : l’amour sur gage est-il utopique ?

Suite à de nombreux échecs dans ma vie amoureuse, je suis devenue sentimentalement instable voire complètement fermée à l’amour sous toutes ses formes. J’ai développé une allergie récurrente aux fleurs, des vomissements à la vue de couples main dans la main, des pertes de connaissance lors de scènes d’amour au cinéma … en quelques mots ma vie est devenue un enfer. L’amour est partout, je le fuis, il me suit comme un vieux chewing-gum collé sous ma semelle dont je n’arrive pas à me débarrasser.  J’ai donc fini par me jeter à corps perdu dans une « relation libre ».



C’est quoi  une « relation libre » ? Il est où le vice caché ?

A priori, ça à l’air d’être un truc très cool sans prise de tête. Pouvoir être en couple sans pour autant s’engager, ça laisse rêveur.

Je vais vous livrer les 5 points fondamentaux de cette relation :

  1. Se voir uniquement quand on en a envie, ne pas subir le quotidien à deux ou pire à avoir à supporter un mec malade (comprenez au bord de la mort).
  2. Pouvoir cultiver son jardin secret en n’ayant pas de compte à rendre, butiner sans complexe et sans modération.
  3. Avoir du temps pour soi, shopping effréné, soirées arrosées … pouvoir être fauchée et bourrée en paix pour résumer.
  4. Ne pas avoir de projets en commun ni d’attentes du type partir en vacances, selfies énamourés sur les réseaux sociaux, être présentée à sa mère, avoir un bébé chien ou qu’il baisse la lunette des toilettes …
  5. Ne pas tomber amoureux juste profiter de  l’instant présent.

Si vous avez vraiment gobé tout ce que je viens de lister ? Fuyez! C’est un peu la relation idéale pour les escrocs et les handicapés du cœur comme moi que je viens de vous décrire.

Je vais donc vous livrer en 5 points ce que l’on attend vraiment de cette relation ou plutôt de lui :

  1. Qu’il ait toujours envie de nous voir, mais savoir garder ses distances pour vraiment apprécier les moments passés ensemble.
  2. Qu’il cadre un peu notre fougue et pourquoi ne serait- il pas un soupçon jaloux ?
  3. Qu’il porte nos sacs de courses, qu’il tienne nos cheveux au-dessus de la cuvette des toilettes, qu’il appelle notre employeur le lendemain pour prévenir que l’on est souffreteuse (sûrement une méchante grippe).
  4. Qu’il nous surprenne jour après jour.
  5. Qu’il apprenne à lire entre les lignes.

À chacun de définir ses limites et mieux vaut que les choses soient très claires dès le début car il y a forcément un moment où cela va déraper, attention les cœurs !

Nous avons récemment vécu un temps fort qui a marqué notre relation.

Je n’étais absolument pas préparée à ce qui allait m’arriver. C’était un samedi soir comme un autre, nous avions chacun fait notre soirée de notre côté puis nous avions décidé de nous retrouver chez lui. Tout d’abord blottis l’un contre l’autre devant une comédie romantique américaine  (naze) nous avons vite fini sous la couette.

N’allez pas imaginer quoi que ce soit,  Chaton (je tiens à préserver son anonymat le plus complet), prétextant une migraine (oui çà arrive aussi aux mecs), éteint la lumière et me tourne le dos. Ambiance. Bonne joueuse, je le laisse bouder tranquille et finis par m’endormir. Il n’aura pas fallu longtemps avant de sentir une jambe venir caresser la mienne, l’air de rien.

Les caresses sont de plus en plus insistantes ce qui finit par me réveiller pour de bon.  Dans les minutes suivantes, sa tête vient se coller dans mon cou et il finit carrément par me monter dessus et là  … c’est le drame. Il me glisse un doux «  Je t’aime … Bébé je t’aime ».  Je prends donc mon courage à deux mains en faisant semblant de dormir.  Je ne suis pas spécialement fière de ma réaction à cet instant précis j’aurais préféré être engloutie par le matelas.  Un petit « Moi aussi » aurait tout aussi bien fait l’affaire, mais rien n’est sorti. Ah si ! 5 à 6 minutes plus tard je rétorque «  Ca me touche beaucoup ce que tu viens de me dire. C’est une bonne nouvelle. » Vous pouvez donc à présent me huer!  On aurait pu en rester là, mais l’affaire du « Je t’aime » a pris une ampleur incontrôlable.

Les semaines qui ont suivi je me suis sentie fortement coupable de ne pas être capable de manifester mon attachement. J’ai donc, comme à mon habitude, donné le meilleur de moi-même dans nos corps à corps, je l’ai « over » couvert de cadeaux et j’ai passé tous ses caprices. Devant mon immobilisme sentimental, je finis par me donner une deadline  pour me déclarer à mon tour.

Et là, coup de théâtre lors d’une discussion houleuse : Chaton rétracte son « Je t’aime ». Je ne le savais pas moi-même, mais c’est possible.

Lui : «  Je préfère être sincère avec toi, je ne m’en souviens pas. J’ai l’alcool amoureux alors parfois je dis des choses tout haut. Il ne faut pas faire attention ».

Émoticônes : cœur brisé, cœur brisé, cœur brisé.

Cela fait des semaines que je traine une culpabilité énorme alors que c’est en fait un simple malentendu. J’encaisse sans mot dire, digne, grande classe. En fait je pleure à l’intérieur ou plutôt je me noie. Les jours passent sans incident jusqu’à un nouvel accrochage.  Je suis du genre fille tenace et un soir on discute  de cet événement passé.

Moi : « Ah bah évidemment que tu ne t’en souviens pas ! Tu devais avoir bu, non ?  Comme quand tu fais des déclarations foireuses sous Bacardi ».

Lui : «  Ok ! je dis peut-être des choses sous alcool que je devrais garder pour moi, mais moi au moins je dis les choses. Je ne fais pas semblant de ne pas avoir entendu ou  carrément tu ne réponds pas ».

Le bal de la mauvaise foi est ouvert.

Moi : « Ah ! Parce que tu ne te souviens pas l’avoir dit, mais tu souviens que je ne t’ai pas répondu ? » Tania 1 point.

Lui :  « Je ne me souviens pas, ça ne veut pas dire que je ne l’ai pas dit !  Juste que je ne m’en rappelle pas c’est tout.  Tu as trop d’attentes concernant notre relation car je vois bien que tu es amoureuse de moi ».

Moi (petite voix intérieure) : « Dites-moi que je rêve !!! Moi ? Amoureuse de toi ? Sérieusement même mon ex en prison je le voyais plus souvent que toi ! » .

Plus personne ne s’écoute. On décide de régler ça sous la couette.

Moralité de mes déboires :

il a menti en mentant, j’ai nié en niant. On s’aime, mais on n’assume pas d’être finalement un couple comme un autre.

Conclusion

Je t’aime que si tu m’aimes.
Pourquoi est-ce si difficile de dire « je t’aime » ?

Comme disait Madonna« Everybody loves you when they are about to cum » – dois-je traduire ?

L’amour n’est pas une guerre, mais cela se joue en trois manches.
À mon tour de jouer !

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Tania

Tania #Trendsetteuse & Cuisinière Freestyle | #Sexaddict | #Chef de bande & #Cœur d'artichaut | I'm not 35. I'm 18 with 17 Years Experience

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !