Fraîchement divorcée, sa seule envie : SEDUIRE et...Partir - https://www.celibattantes.fr/

Fraîchement divorcée, sa seule envie : SEDUIRE et…Partir

Voilà, j’ai divorcé il y a 6 mois. Mes copines me tannent pour que je raconte. Ça les fait rire quand je leurs énumère mes conquêtes.

« Comment vont tes amours ? »



« Mes plans cul tu veux dire ! »

Alors, vous en pensez quoi les filles? On les énumère? Ok ok, je me lance!

Tinder man, dit « Super » – avec l’accent anglais of course !

Le premier. C’était la veille de mon divorce.

Envie de plaire de mon côté. Envie de baiser du sien, j’imagine.

Bon en tout cas, ça donne une rencontre improbable dans un troquet minable du 17e, m’étant trompée d’adresse ! La suite est sur le même mode.

Je me souviens : j’ai bu un verre d’alcool avant d’y aller, j’ai mis une jolie robe et j’ai pris un Uber. Mon 1er mot a été : « C’est quoi ce bar pourri ? ». Je pouvais me permettre, c’est moi qui l’avais choisi.

Lui, je l’ai aperçu, affalé sur sa chaise, depuis l’autre côté de l’avenue. Un peu déçue, peut-être, mais l’esprit plus occupé par la suite des évènements que par une étude rationnelle de la différence photo vs réalité.

Conversation trainante jusqu’à ce que je le lui dise justement que je trouvais la conversation trainante.

Sa réponse : « On a envie de s’embrasser, je te l’avais dit qu’on aurait été mieux sur ma terrasse à fumer un joint ».

C’est vrai que j’avais refusé d’aller chez lui.

« Okay, on y va » lui dis-je.

Il saute de sa chaise, va payer, m’invite à prendre un taxi (il est en scooter option un seul casque) et me donne son adresse.

Peur que je change d’avis !

Loft dans le 18e hyper sympa. Pas menti sur la terrasse, pas menti sur la promesse.

Je le sais maintenant, ce n’est pas toujours le cas !

Je passe les détails de ce qui suivit – suis pas encore assez libérée à cette époque – mais ce fut très agréable.

Je le vois toujours.

Next…Happn, l’appli pour gens « bien nés ». Trader.

Assez beau gosse. A cette époque, je veux choisir un homme qui me plaise. Je regarde sa photo, sa taille, son métier…

Lui, mauvais présage, je ne le sais pas encore, a le même prénom que mon ex-mari.

Un café en terrasse près de chez moi.

Là, encore, au préalable, essayage devant le miroir et maquillage ad hoc !

J’arrive et je le vois de loin, au téléphone, qui apprécie ma taille élancée et mon allure svelte. A ce stade, je suis déjà réconciliée avec mon corps et me sens pousser des ailes, du style, je suis comme je suis ! Fuck everybody, on ne peut pas plaire à tout le monde !

Certes, pas classe mais efficace.

On discute autour d’un café et il check point par point que nous sommes issus du même milieu social. Il ne quitte pas ses Ray Ban.

Sympa – sans plus. Il s’en va ayant mieux à faire.

Texto suivant : déconvenue totale puisqu’il m’assimile à une pute. En effet, j’ai des relations sexuelles au lieu de subir mon divorce telle une veuve éplorée en attendant le prince charmant sur son cheval tout blanc !

Fin de l’histoire.

 

Next…je ne me souviens plus de l’appli. Directeur financier.

Terrain connu donc j’y vais.

Café près de chez moi, tenue qui va bien ! Il craque.

Ce que j’aime chez lui, justement, c’est qu’il y va ! Grosses galoches en pleine rue !

On se voit dans un hôtel : c’est bien avec lui.

Je peux d’autant plus le dire, que j’ai depuis fait l’expérience des tocards qui bandent mou ou ne bandent pas ! Enorme frustration. Ça me met dans un état de dingue !

Les vacances arrivent, il part, je reste, fin de l’épisode. Jusqu’à hier soir. Visite impromptue ! Envoyer ses vœux a du bon.

 

Next…AdoptunMec.

Je suis encore sensible et vaniteuse à l’époque.

Celui-là me plaît sur la photo. Il m’embobine bien, m’écrit des mots doux et me pose un lapin !

Je finis par le voir et suis déçue direct !

Néanmoins, la galipette rattrape le tout car je m’amuse beaucoup !

 

Next…Gleeden, une appli pour les femmes pensée par les femmes. Journaliste.

Top, je m’inscris. Je découvre dans la foulée que c’est un vaste terrain de jeux pour rencontres extra-conjugales.

Là je me souviens : je prenais un verre de mon rosé favori en attendant que Mister Super finisse de bosser. Cela devait être un samedi soir. Je tombe sur un jeune homme de 34 ans. Même pas peur ! Faut dire, il est drôle ! Intelligent aussi. J’arrête, il risque de prendre le melon en lisant. Beaucoup de plaisir à chatter avec lui. D’ailleurs, nous continuons ! J’y reviendrai.

Je finis par le rencontrer. Un déjeuner dans un restaurant près de son bureau. Il est journaliste.

Il est moins bavard qu’en ligne et quand il parle je ne comprends pas tout !!!

Mauvaise élocution et main baladeuse. On s’embrasse au moment de se quitter.

On se voit une fois ou deux…

10 bonnes minutes pour remonter le temps jusqu’au début de nos échanges : dimanche 23 août, très tôt dans la nuit. L’histoire ne se résume plus qu’à deux verres de vin à distance qui finissent par trinquer en vrai.

Très belle rencontre.

 

Next…Toujours Gleeden. Trader…encore.

Ma conclusion au bout de 2 spécimens : ce sont de grands malades !

Très beau gosse. Encore un Gleeden. Marié donc.

Mauvais début. Maintenant, je sais que ça ne pardonne pas et qu’il faut écouter les signes.

Oui d’accord, c’est banal !

Enfin, c’est vrai, tous les gourous disent qu’il faut écouter les signes. Ils ont raison.

Les psy disent les warnings : ils ont raison aussi.

Bref, panne à l’hôtel.

Il pensait ne jamais me revoir et moi gourdasse, je lui retextote.

Bref, tout cela a mal fini.

Pourquoi ? Trop perdu dans ses casseroles, sa cérébralité et que sais-je encore.

Conclusion, mesdames, quand ces messieurs se prennent pour Rocco, fuyez illico !

Faites d’autant plus attention, si pseudo Rocco manie bien la langue de Molière. Il vous emberlificote, vous dit tout et son contraire, et vous en mal d’amour et de reconnaissance vous ployez et vous sombrez.

Bref, très fière de mon texto de rupture, je passe au suivant (je mettrai mon texto dans les annexes, un peu hard pour tout de suite).

 

Next…Lovoo. Pilote.

Un italien  adepte du sexe « dominant »

« Dominant » entre guillemets à dessein, parce que je me suis aperçue que ce sont vraiment des tocards de première !

Echanges toujours brefs, chauds, très chauds pendant les vacances.

Autant dire que je ne le sens pas du tout !

Pour autant, il faut que j’aille m’y frotter rien que pour voir si les warnings sont bons.

Effectivement ils le sont.

Je me barre en plein action.

 

Next…pas d’appli pour une fois : un soir de fin d’été.

Le temps passe, j’ai emménagé dans ma nouvelle maison. Je n’ai toujours pas pris mes marques ! Pas du tout même. Je suis juste complétement dépassée par la situation.

Diner avec des amis, des proches, des vrais. Le restaurant s’ouvre sur une terrasse, un DJ, on danse, on boit. Je souris et ça fonctionne. Le détachement aussi, c’est fort.

Mesdames, croyez-moi, rien de tel pour rester zen, souple et manœuvrière, que de se constituer un portefeuille !

Bref, je le laisse partir avec son harem et le revoit plus tard.

Jusqu’au jour où il se casse la figure dans mon escalier. Ma quatrième marche est casse gueule faut le savoir !

A cet instant et dans les minutes qui suivent, tout le charme disparait.

 

Next…Happn je crois, mais je ne suis pas sûre.

RDV sur les Champs Elysées. La loose. J’y vais. Je l’attends un peu trop longtemps. Perchée sur mes 10 cm, j’ai du mal à le suivre au restaurant.

Bref, dès que je peux, je file chez « Super » (le 1er de la liste).

Fin de soirée réconfortante.

 

Next…Gleeden. Un bordelais. Marié.

Je veux dire provincial. N’y voir aucun anti Bordeaux de ma part car je ne connais pas cette ville.

Il n’arrive pas à passer au tutoiement et m’envoie des morceaux de musique évanescents.

Diner « en amoureux » dans un très bon restaurant dont j’ai au demeurant gardé la carte. Encore une fois, je bas en retraite dès que je peux chez « Super » ! Et comme d’habitude, il me ragaillardit !

—————–

PAUSE

A ce stade de l’énumération, pause pour dresser un bilan provisoire de ma situation : pas désespérée certes, mais avec tout de même une très bonne marge de progression à envisager.

Perméable aux coups de blues, les fêtes approchent.

Un coup d’anxiolytique et une séance chez ma psy me remettent d’aplomb.

A la recherche de l’autonomie mais quand même envie de palpiter.

Des tours et des détours pour en revenir à mon champion so sexy avec sa gueule qui ne ressemble qu’à lui.

Néanmoins, je réactive le réseau.

FIN DE LA PAUSE

——————–

Next…Happn. Directeur financier again, je m’abonne ?

Drôle, sympa.

La vie n’est pas non plus  facile pour les hommes : recherche d’emploi, enfants à gérer un WE sur deux et encore ! J’imagine aussi des râteaux à la pelle et des nanas barrées qui cherchent l’homme idéal.

2 ou 3 très bonnes soirées.

Le bât blesse quand je constate qu’il est allergique aux chats…moi qui viens d’en adopter un !

Le couperet tombe à la vue de son boxer anti sexy !

Chaque détails comptent messieurs, ne l’oubliez jamais.

 

Next…Un marbrier d’1m98 bourré de complexes mais attachant.

Il aime chanter, il est portugais. Bourré de charme. Ça me change !

Quelle bitch je fais me direz-vous ! D’accord mais ce n’est pas pour autant que je devrais être malhonnête.

J’hésite à lui envoyer mes vœux ! La période s’y prête certes. Serais-je encore là en train de jouer à la bitch ?

Je l’aime bien alors je m’abstiens.

 

Next…Il y a aussi l’arboriculteur déjanté. Un vrai dossier !

Très méfiant. Pour lui, les sites ne sont ni plus moins que la nouvelle cour des miracles.

Il ne pensait pas m’y trouver.

Alors je l’embête parce que je suis casse gueule; est-ce à dire que son cœur frissonne ?

Bref extraits :

Je m’endors au téléphone avec lui au bout du fil et le lendemain :

Lui  « Je n’ose même pas te demander si tu as bien dormi? »

Moi : « Désolée »

Lui : « Pas de soucis, c’était mignon »

Que dire que faire ?? Les dés sont jetés, ma nouvelle vie est définitivement celle d’une salope.

Il n’aime pas les coïts comme il dit. Il préfère tout le reste…Moi pas.

 

Next…Il y a Xavier, le médecin straight to the point.

Je picole, discute en même temps avec un autre sur le Net, me roule un joint foireux, comme d’hab trop chargé, et me retrouve complètement stone en moins de deux.

Tout ça, évidement il l’ignore !

Il me prend pour une novice timide. S’il savait le malheureux !

Ceci dit, il me fait quand même un chouia rire avec ses « si tu aimes être défoncée en levrette tu vas adorer».

Tellement lourd également avec ses métaphores de docteur : « je t’examine quand ? ». Pour le glamour, on repassera. Je le vois bien me faire son affaire sur sa table d’examen !

 

Next …Le plus récent c’est Olivier, ce midi.

Déjeuner sympa autour de la truffe blanche.

Il fait son quéqué au moment du choix du vin, mais à la fin du déjeuner il n’en peut plus tellement il a envie de baiser.

Bon d’accord, j’ai encore joué aux séductrices.

Pour autant, il n’est pas dupe. Intelligent il est.

Chute radicale à notre romance inexistante :

Moi : « J’ai aimé notre déjeuner mais j’ai été désappointée par ton soudain départ. Une raison particulière ? »

Lui: « Comme mâle frustré je préfère me barrer de peur de me couvrir de honte »

Moi : « Comment ça? »

Lui: « Je n’aime pas quand mon sexe prend le pouvoir. Cela commençait à être le cas »

Moi: « Ah d’accord »

Lui: « Bref j’avais envie de faire l’amour avec toi »

Moi: « Fallait le dire. Rien de honteux. Qu’est ce qui te laisse penser que ce n’est pas partagé ?»

Lui: « Je sais pas »

Moi: « Qu’est-ce que tu cherches à savoir? »

Lui : « Rien que tu ne veuilles me dire librement »

Bref, l’envie lui est passée, fin de l’histoire !

 

Next…Un pseudo producteur.

Dimanche sans les enfants, la dolce vita, pas d’horaires, pas de contraintes !

Je prends mon temps, écris mes textos, lien indispensable avec le monde pour toute célibataire qui se respecte.

Seule soit, mais raccroché à un fil. Sinon c’est la débandade assurée.

 

Next…Soren qui ne s’appelle pas Soren. Prof.

Bon je le sais, son vrai nom s’affiche sur son Wahtsapp à chaque fois qu’il m’envoie un message.

Au demeurant, il persiste à me dire qu’il s’appelle Soren. Les bases fondatrices du couple ne sont assurément pas au rendez-vous !

Il est jeune, ça c’est sûr. Il a quand même au moins 28 ans – toujours pas peur – et est prof de philo. Enfin, c’est ce qu’il dit !

Très intéressé par ma personne qu’il ne connait qu’en photo.

Moi je dis, les mecs sont des grands malades !

 

——————–

J’envoie mes vœux au DAF de cet été. Il veut me voir dans la foulée malgré ses résolutions d’être un gentil garçon sage !

Mes résolutions sont plus objectives :

  • Moins boire
  • Moins fumer
  • Moins chatter
  • Toujours baiser
  • Bien bosser

Forcément, il me propose de tester la 4e résolution !

——————–

BILAN : Et donc, j’en suis où?

 

Aujourd’hui, j’ai le spleen…David Bowie est mort et toutes les chansons ne racontent que l’amour. Les livres ne valent pas plus chers !

Super est toujours par monts et par vaux.

Moi : « Tu rentres quand ? »

Lui : « Pas tout de suite »

Sympa.

Alors, je revois le pseudo garçon sage, qui un soir m’envoie ce texto

Lui : « Je suis près de chez toi… »

Moi : « Ah bon. Passe »

Il est passé et je n’ai pas grimpé aux rideaux.

Comme quoi le réchauffé n’est pas toujours adéquat !

Je fréquente assidument mon arboriculteur.

Il a toujours ce qu’il nomme son caillou dans sa chaussure !

Un truc gênant mais qui n’empêche pas vivre. En l’occurrence, ma pomme ! Ah bon…

Moi : « Marche en tongs, le caillou partira tout seul ! »

Lui : « Tu as réponse à tout, je n’insiste pas »

Fin de l’épisode.

Dimanche souvent bluesy et échanges salvateurs avec mon copain d’apéro virtuel.

Moi : « Faut que je m’enlève « Super » de la tête. Il prend trop de place et ça m’énerve »

Lui : « Tu l’as vu cette nuit ? »

Moi : « Non il n’est pas encore rentré. Suis frustrée ! Qu’est-ce que tu en penses ?»

Lui : « Faut juste qu’il rentre »

Moi : « Attendre ! Je déteste cette posture »

Lui : « Profite alors ! »

Moi : « Profite de quoi ??? »

Lui : « Ce que tu veux/peux »

Moi : « Oui je vois, je vais me programmer »

Lui : « Te programmer ??? »

Moi : « Dans la tête, arrêter d’y penser. C’est l’absence de date de retour. Il doit faire exprès »

Lui : « Il reviendra bien un jour !!! »

Et de conclure :

Moi : «  T’es sympa tu sais. J’ai de la chance de t’avoir rencontré lors d’un apéro en ligne ! le sentimentalisme craint vraiment ! La loose. Que du cul, c’est plus simple»

Lui : «  Mais non arrête, n’importe quoi »

Moi : « Oui, n’importe quoi, c’est la tendance du jour ! »

 

Trêve de plaisanterie.

Je suis arrivée à la fin de mon florilège. Je me suis bien faite effeuillée.

Rien de gagné, rien de perdu.

Juste le temps qui avance et les choses qui se mettent en place.

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Pia S'

#DigitalMum & #WonderWoman, en Début de Semaine. Sur le Podium à partir du Jeudi. #Blogueuse du Dimanche | I'm not 35. I'm 18 with 17 Years Experience

3 Comments
  1. Même âge. Super élocution. Un plaisir à lire, des images coquines, toutes les bonnes caractéristiques de trentenaires en pleine forme.
    Étant un mec, c’est plus facile de lister. Le nombre s’amenuise au fil des ans.

  2. Bonjour,

    Je découvre avec beaucoup de bonheur ce site. Simple, ludique, amusant, honnête… c’est une jolie découverte. Merci pour ce partage d’expérience.
    Moi même divorcée, avec enfants, la trentaine, je suis passée par cette période de rencontres cumulées. J’ai Fais ce matin un rapide calcul du nombre… Et j’avoue que même si j’assume bien chacune d’elles depuis ces 2 ans et demi, je n’aurai jamais pensé en faire autant.
    Il y a celles qu’ on oublie très rapidement car insipide, ne répondant car la curiosité du moment a passer du virtuel au réel.
    Il y a celles qui permettent de savoir et confirmer pourquoi on est célibataire. Il vaut bien mieux être seule que mal accompagnée.
    J’avoue être fier de moi a ne pas m’être mise en couple juste pour ne pas être seule.
    Il y a aussi les rencontres qui donnent envie de penser à une relation. Mais au delà du feeling, le timing n’est pas bon. Alors on garde de l’attachement et on découvre le sexfriend avec qui on s’ entend bien mais qui n’a finalement pas plus sa place dans notre vie.

    Ce n’est donc pas le nombre de rencontre qui compte, mais bien l’honnêteté qu’ on a avec soi même Et donc avec l’autre sur ce que l’on veut ou pas.
    Oui j’ai rencontré des hommes car j’avais besoin de tendresse. Oui j’ai rencontré des hommes car j’avais besoin de prendre confiance en moi.
    Oui j’ai séduit. Oui j’ai dominé.

    Et aujourd’hui Je réalise que j’ai besoin de renouer avec la tendresse, la confiance, le partage… sans pour autant tirer un train sur toutes ces rencontres qui font de moi une femme plus expérimentée, plus sur d’elle.

    J’ai hâte de lire les suites

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !