Une dernière lettre - https://www.celibattantes.fr/
L'homme célibattant

Une dernière lettre

Toi qui a partagé ma vie, toi que j’ai aimé, toi qui a fui, je voulais t’écrire cette dernière lettre.

Tu m’as rencontré. Tu m’as dit vouloir une histoire. Une belle histoire. Je voulais la même chose.



L’histoire commence bien. Comme souvent. Petite ombre au tableau : nous nous étions rencontré sur internet.

Je m’explique :

Je sais qu’il est facile de rencontrer une personne sur internet. Spécialement à cette époque 2.0.

Au final, de mon point de vue, ce n’est qu’un leurre. Une vaste supercherie cachée derrière un marketing bien fait et une couleur rose bonbon.

La plupart des personnes y viennent pour remonter leurs égaux, oublier leurs ex, extérioriser leurs peines, refaire ce qui n’a pas marché précédemment.

Je pense que tout le monde en a plus ou moins conscience. Mais installé confortablement dans son canapé, caché sans risque (dans un premier temps) derrière l’écran de son ordinateur, avec des milliers de célibataires sur une même page, comment ne pas succomber à cet attrait ? Finalement, on attend tous notre âme sœur (qui est pour le coup très en retard …).

Le graal du célibataire donc. Un supermarché des rencontres.

Ca a l’air tellement simple. Ca ne l’est pas.

Au final les images défilent sans qu’on ne sache plus vraiment ce que l’on veut. Les rayons sont trop remplis pour voir l’essentiel. On se perd, On se disperse.

Mais on a toujours l’espoir de se dire que sur une telle quantité de profil on va trouver celle ou celui qui s’est aussi perdu dans ce monde virtuel. Qui partage les mêmes envies et valeurs que nous. Au fond, je suis bien là. Alors, pourquoi pas elle ?

 

Et on trouve la bonne personne. Celle qui nous correspond.

Vous mourrez d’impatience en attendant ses réponses. Et le graal : la magie ne s’est pas envolée au premier rendez-vous.

Malheureusement, vous savez quoi ? Il y aura toujours le « hic » de s’être connus sur un site. On aura toujours conscience que chacun de nous connait ce Leclerc des rencontres. Ce lieu ou la rencontre est si facile. On aura toujours cette appréhension que l’autre y retourne, voir qu’il y est toujours. Qui nous dit qu’au moindre problème il ne va pas s’y enfuir ?

Finalement une boite de pandore avec laquelle il faut vivre.

C’était ma petite parenthèse sur les sites de rencontre. Je n’étais pas convaincu, je n’ai jamais trouvé du Dior chez Intermarché.

 

Mais, je ne sais pas comment et pourquoi, je t’ai trouvé.

Je croyais en toi. Et plus important, je voulais que tu croies en moi.

Le bonheur est dans l’inattendu

Je voyais que tu hésitais à faire confiance. Tes blessures que tu cachais sous ton sourire et ton mascara ne pouvaient pas me tromper. Tu donnais le change avec ta légèreté mais ce n’était que pour mieux cacher tes cicatrices. J’ai redoublé d’effort pour t’apprivoiser, pour te montrer que tu n’avais rien à craindre.

 

Ce n’est pas évident d’être un mec à notre époque.

On nous demande d’être protecteur mais vous laisser gérer votre vie.

Prendre des décisions mais vous laisser le choix.

Etre un peu macho mais romantique.

Prendre des initiatives mais vous laisser décider.

Vous laisser votre liberté tout en n’étant pas trop loin.

Se voir assez mais pas trop.

Etre indépendant tout en étant dépendant.

Mais tout ça j’étais au courant !

Au courant que c’était complexe. Cà ne m’a pas fait peur.

Je n’ai pas toujours été le prince charmant. Je ne le suis toujours pas. De toute façon je le trouve trop lisse et pas assez rock’n’roll. Mais je voulais faire les choses bien.

 

Très vite, tu trouvais que le bonheur avait pris trop de place. Il y avait forcément un problème. Et tu l’as cherché.

A défaut d’en trouver, tu les as créés. Ta peur t’a rendue intrusive. Mais je tenais la barre. J’avais envie de cette relation. J’ai calmé ta jalousie. Fait attention a qui je fréquentais. Eloigné mes anciennes relations.

Tu as cherché d’autres raisons. Fouillé dans mon portable. Fais tes investigations. Tu ne croyais pas, ou plutôt, tu ne croyais plus au bonheur.

Une rose t’a piquée et tu pensais que toutes les roses te piqueraient. Que ce n’était qu’une question de temps. Plus vite tu trouverais la faille, plus vite tu t’en sortirais et tu retrouverais ta vie de célibattante.

Mais il n’y avait pas de faille. Il n’y avait pas de vices cachés.

Cela ne t’a pas empêché de me quitter. Sans raison. Pour revenir après. Je te laissais partir et revenir. Peut être que ce n’était pas la bonne solution. Peut être que je n’aurais pas du accepter. Mais quand tu m’offrais des fleurs bonbons ou de jolies mots pour te faire pardonner, je t’ouvrais à nouveau mes bras. Je voulais être avec toi, c’est tout.

Trop amoureux pour te garder contre ton gré.

Trop amoureux pour ne pas te laisser revenir.

J’ai perdu le compte de tes allers – retour mais je sais que mon cœur, lui, n’a pas oublié.

Ton sabotage ne s’est pas arrêté pour autant. Finalement ta stratégie ne fonctionnait pas. Tu n’avais pas la force de me quitter. Et moi pas l’envie de le faire malgré ce petit festival permanent.

 

Je continuais à faire semblant d’être inébranlable. Mais tes cris qui ont défoncé ton appartement, effritent à chaque fois un peu plus mon cœur.

Le souvenir de l’homme qui t’avait trahi précédemment était trop présent. Il t’avait menti pendant des années. Toi qui es si lucide. Si clairvoyante. Il avait réussi à cacher sa double vie, son enfant, sa femme. Quelle assurance pouvais-tu avoir pour que cela ne se reproduise pas ? Aucune. Car rien n’est jamais sûr dans une relation. C’est un saut dans l’inconnu. Sans filet. Un acte de foi. C’est aussi ça qui est bon. Cette découverte.

 

Tu en avais envie mais ta dernière chute avait été trop douloureuse.

Tu t’es finalement retrouvée a cours d’excuses, d’arguments. Car malgré tout, on était bien ensemble.

 

Alors tu as fait ce que tu détestais le plus. Ce qu’on t’avait fait.

Tu as commencé à mentir.

Faisais-tu exprès pour que je m’en rende compte ? Je ne sais pas.

 

Mes plaies s’ouvraient un peu plus à chaque fois que tu t’entêtais. 

Mais tu savais que c’était le point que je ne franchirai pas. La rupture assurée.

Alors même si je t’ai pardonné la première fois. La seconde a eu raison de ma persévérance, de mon amour, de nous.

Plus aucuns mots, aucunes excuses, n’a pu me faire revenir. Ma raison a repris le pas sur mon cœur.

Je t’ai fait croire que plus rien ne me touchait. Que je ne lisais plus tes texto et tes mails, que je n’écoutais plus tes messages. Mais je l’ai fait. Chacun d’eux m’a touché.

Je suis tellement bon pour montrer que rien ne m’atteint. J’ai tellement d’expérience dans ce domaine. Si tu savais.

 

Mais il n’y avait plus de retour possible.

 

Toi qui a vécu notre histoire dans ton passé sans la vivre au présent ;

Toi qui pensais ne pas mériter d’être heureuse ;

Je sais que tu es triste comme je le suis.

 

Mais la définition de la folie est de refaire la même chose tout en attendant un résultat différent. J’étais juste fou de toi mais la raison resurgit toujours.

Qui n’a pas connu ce moment de lucidité qui fait tellement mal mais dont on sait que c’est nécessaire ? Un instinct de survie dont on ignorait même l’existence.

Alors tu as détruit une belle histoire. Je ne le nierai pas.

 

Tu nous as réduit à l’impossible dans tes tourments.

Mais pour être prêt a deux, il faut déjà être prêt seul.

Tu vaux mieux que ce que tu montres. Moi, c’est le contraire.

 

--
PS : 5000 célibataires t'attendent pour boire un verre, échanger, papoter sur The Good Match..
--
PSS : 1000 célibattantes t'attendent sur notre Groupe Privé 100% Féminin pour partager conseils avisés & bons plans..

--
PSSS : Anne, notre astrologue et voyante anime des consultations gratuites par téléphone, inscription ici
Sacha

#MediaCelib & #Passionné | #Epicurien, en constant apprentissage| Un jour je te trouverai | Stay Hungry, Stay Foolish !

9 Comments
  1. J’ai été touchée à la lecture de ces mots, de ces vérités qui nous touchent, nous bousculent, nous questionnent..
    Je suis ravie que les hommes aient leur place pour s’exprimer car mon expérience il y à quelques mois m’a permis de découvrir plus clairement leurs peurs, leurs doutes, leurs failles, leurs envies, toutes leurs nuances… Et j’ai été touchée, émue ! Merci.. 🙂

  2. Ouah…. Poignant de réalisme si dévastateur pourtant….
    J’aurai tant aimé rencontrer un homme tel que toi qui sache panser les plaies, entendre et comprendre et me laisser aimer …
    Je cherche encore cette perle rare … Est ce un leurre que d’espérer encore…. ?

  3. Touchant. J’aurais pu écrire aussi cette lettre. ça me fait peur de me dire que tous, ou beaucoup, avons, vivons, des situations telles que celle là. Si je vous racontais mon histoire !!! Plus le temps passe, plus je me dis que rien n’est possible. Qu’aimer sans se renier est souvent utopique.

  4. Sublime…..tout à fait touchant, juste, réaliste, « sa » vérité qui est aussi « ma » vérité… Je me suis totalement reconnue dans ces mots. Merci.

  5. Bonsoir,
    je rejoins les commentaires précédents, c’est très intéréssant d’entrevoir un peu les problèmes de couple d’un point de vue masculin ! Cet article en plus est effectivement très touchant car beaucoup de gens peuvent se reconnaitre dans tes mots. Moi même j’ai rencontré un homme sur internet et on se pose effectivement les questions que tu te pose ! mais après je pense que quel que soit le lieu de rencontre, quand on est face à une personne sérieuse, rien n’ébranlera son serieux. Après il est vrai qu’il y a plus de tentations mais je crois vu la tournure des choses que nous devrons faire avec et justement FAIRE LE CHOIX ou NON de faire confiance à ces personnes.
    La relation destructrice que tu as entretenu me rappelle bien des souvenirs passés, même ce n’était pas exactement la même situation mais au fond la morale reste la même : tant que nous ne nous sommes pas reconstruit en tant qu’individu personnel, nous ne pourrons jamais être heureux à 2 ! On a tous vécu des histoires tres dures, notre chemin de croix mais nous ne devons pas utiliser cet argument pour saboter l’histoire suivante et rendre malheureux quelqu’un (et je sais de quoi je parle…). Malheureusement une vraie reconstruction est longue, lente, parfois très douloureuse mais néanmoins indispensable si l’on veut réussir l’histoire suivante !
    Bonne courage dans ce jeu qu’on nomme l’amour car après tout il ne faut pas oublier que tout a un début et une fin car chaque fin est le début d’une nouvelle chose 😉

    1. J’ai été à la fois très touchée et étonnée par cet article…
      Es tu certain d’avoir réellement compris cette personne? Es tu certain d’avoir fait le nécessaire pour la rassurer?
      Lui as tu montré que tu l’aimais? Les mots sans actes ne veulent rien dire et particulièrement avec une personne trahie et trompée dans le passer…
      Je me permets de m’exprimer de cette façon étant donné que tu parles de cette histoire avec tellement d’émotion que son dénouement me paraît surréaliste en et j’insiste sur le terme « surréaliste » en particulier si vous aimiez encore.

      Juliette

  6. Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu qqn si narcissique que ce type…
    Étant donné tout la pommade que tu t’es étalé pendant ces interminables lignes j’ai presque pitié pour la fille que a dû te supporter tout ce temps-là.
    Ton ego surdimensionné est simplesment inhabitable et je te souhaite en urgence…
    En plus j’en suis sûr que qqn si narcissique a eu le soin de prévenir la personne en question pour qu’elle puisse apprécier tout ton talent de écrivain pas chère.
    Bon courage à ta nouvelle victime, pour supporter tant de perfection.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Le 1er Magazine Lifestyle dédié aux Femmes Célibataires & Battantes

Suivez-nous !